Anne Guerrier professeure antisémite, négationniste et complotiste

Le Canard Enchaîné révélait le 27 juillet que Madame Anne Guerrier, professeur d’anglais en classe préparatoire littéraire dite « Khâgne » au Lycée Janson de Sailly de Paris, avait transformé sa page Facebook en bréviaire antisémite, négationniste et complotiste. Ses élèves, invités par leur enseignante à la rejoindre sur le célèbre réseau social pour discuter des sujets du moment, n’oublieront pas l’expérience de si tôt.

Morceaux choisis :

– « la Shoah a été prévue et organisée par des juifs (…) le truc de la visite du Yad Vashem, c’est à ne pas faire. Ils te contrôlent après. Emprise mentale. C’est le piège à cons. Marine Le Pen aussi. Tu ne peux plus rien faire contre eux après… »

– « Ce juif [François Hollande] qui a profité de son appartenance à la communauté pour monter en politique , et se renie maintenant en se prêtant un père « catholique  » sur wikipédia. Les gens de Rouen savent ce qu’il en est. Hollande est juif, et le nie. Ca ne vous dit rien? Ca va commencer à rétropédaler de partout, maintenant que la gamelle est moins bonne du côté de la juiverie. La presse, les intellos, les jurys littéraires, qui lui ont léché le c…, vont commencer à la critiquer, pour sauver leur peau maintenant que le vent tourne. Ainsi va le monde. Sauf qu’on n’oublie pas les collabos. Les retourneurs de veste. Les gens qui sont du côté du pouvoir, quel qu’il soit, au mépris de la morale »

– « Mohammed Merah n’a jamais tué personne. Il a été criblé de balles avant de pouvoir le dire. Pour ne pas pouvoir le dire. C’était un petit kéké de banlieue repéré et manipulé par les services secrets à des fins politiques. Il n’a même pas eu le temps de devenir salafiste, il était juste là pour le carton final. Pour qu’on ait un cadavre de terroriste tueur d’enfants à montrer au public. Il ne fallait pas qu’il en sorte vivant. Ce qu’il aurait eu à dire alors, aurait beaucoup compliqué le scénario tendant à créer une « panique morale » en France quant aux tueurs barbus qui habitent nos banlieues. A ce qu’on dit. »

La LICRA demande au Parquet de Paris de donner à ces propos les suites judiciaires qui s’imposent.

Mais les choses ne doivent pas en rester là. Madame Anne Guerrier n’est pas n’importe qui. Elle est professeure, qui plus est titulaire d’une chaire supérieure en classe préparatoire dans l’un des meilleurs lycées de France. Elle a un devoir d’exemplarité vis-à-vis des étudiants qu’elle forme. Elle a autorité sur des élèves investis dans la préparation d’un concours pour entrer dans une grande école de la République. En tenant de tels propos et en invitant ses élèves à les partager, la professeure Anne Guerrier est devenue la prosélyte d’une campagne négationniste, antisémite et complotiste. En cela, elle porte gravement atteinte à l’image, à l’honneur et à la considération de son lycée, de son métier d’enseignant, de l’Education Nationale et de la fonction publique d’Etat. La LICRA demande au Ministère de l’Education Nationale et au recteur de l’Académie de Paris de prendre leurs responsabilités et les mesures qui s’imposent pour que cette professeure indigne de la fonction qu’elle occupe ne soit plus en poste à la rentrée. Dans les circonstances que nous traversons, l’Ecole doit plus que jamais préparer à la République et non aux délires antisémites et à la haine.