Carton rouge pour les gilets jaunes

Source : Europe1.fr

2

Une minorité des manifestations organisées ces derniers jours hors de tout cadre syndical ou politique ont donné lieu à des dérives.

« Il y a des endroits où ça s’est passé de façon très bon enfant et d’autres où ça a été très violent », estimait dimanche soir Edouard Philippe sur France 2, après deux jours de mobilisation des « gilets jaunes ». Sur les 2.000 « points de blocage » recensés samedi – aucun chiffre officiel n’a été communiqué par le ministère de l’Intérieur pour dimanche -, certains ont en effet connu des dérapages, rapportés par les médias locaux. Alors que le mouvement, qui se veut indépendant de tout cadre syndical et politique, maintient environ 350 de points de blocage, lundi, Europe 1 fait le point sur les incidents recensés.

Un dérapage raciste à Cognac

Une vidéo filmée samedi par un journaliste de la Charente Libre montre une automobiliste tenter de forcer un barrage à Cognac, près d’un supermarché. Une altercation éclate alors entre les « gilets jaunes » et la conductrice, au cours de laquelle cette dernière est visée par des propos racistes. « Retourne dans ton pays », peut-on notamment entendre sur ces images.

Un signalement a été effectué par la police au procureur de la République qui « va décider des suites judiciaires » dans ce cas, a indiqué la préfète de la Charente sur Facebook, dimanche, rappelant que les manifestations « doivent se dérouler dans le respect de tout un chacun ». A noter qu’un journaliste bénévole d’une radio associative a également essuyé des injures racistes en couvrant un barrage à Besançon, samedi soir, selon l’Est Républicain.

Une femme forcée de retirer son voile dans l’Aisne

Samedi après-midi, la mobilisation a été entachée d’une scène violente à Saint-Quentin, dans l’Aisne, rapporte le Courrier Picard. Arrêtée par des « gilets jaunes » à proximité d’une grande surface, une automobiliste ne participant pas au mouvement a été contrainte de retirer son voile par certains manifestants « particulièrement véhéments ». « Ce que j’ai vu, c’est qu’ils faisaient des grimaces de singe devant la voiture », indique une témoin auprès du quotidien local.

Une agression homophobe à Bourg-en-Bresse

Samedi matin, un conseiller municipal de Bourg-en-Bresse et son compagnon, qui allaient faire des courses, ont été agressés à un rond-point bloqué par les « gilets jaunes ». « On s’est engagé sans vraiment se rendre compte et là, tout à coup, ça a été une tornade sur la voiture », a témoigné l’un des deux hommes auprès de La Voix de l’Ain, assurant avoir entendu des manifestants dire « je le reconnais, c’est un pédé ». S’il est parvenu à quitter les lieux, le couple a publié d’impressionnantes photos des dégâts sur sa voiture sur les réseaux sociaux. L’agression a été dénoncée par Christophe Castaner sur Twitter. « Confiance en nos enquêteurs qui feront toute la lumière sur ces faits », a commenté le ministre de l’Intérieur.

Les écoles fermées après des violences urbaines à La Réunion

Si les manifestations ont donné lieu à des débordements en plusieurs points de blocage – 315 interpellations et 183 gardes à vue au cours du week-end -, ceux-ci ont été particulièrement violents à La Réunion, où des dizaines de barrages ont été mis en place dans une ambiance tendue. Jets de pierre, feux de poubelles et de pneus, affrontements avec les forces de l’ordre… La préfecture a pris la décision de fermer la plupart des écoles de l’île ainsi que le conseil départemental et les chambres consulaires, lundi. Le dépôt de carburant de l’île est bloqué, a précisé la secrétaire d’Etat Annick Girardin, disant craindre « très vite des problèmes de ravitaillement » qui « pourraient toucher l’aéroport ».

De premières traductions judiciaires

Après deux jours de mobilisation, de premières traductions judiciaires ont par ailleurs eu lieu lundi. Un automobiliste qui avait foncé sur un barrage tenu par des « gilets jaunes » à Firminy, dans la Loire, blessant plusieurs personnes, a été déféré devant le parquet de Saint-Etienne. Trois autres conducteurs devront répondre de violences volontaires avec arme, en l’occurrence leur véhicule, à l’occasion d’une manifestation publique. Enfin, la conductrice à l’origine de la mort d’une manifestante en marge d’un blocage à Pont-de-Beauvoisin a été mise en examen et placée sous contrôle judiciaire, dimanche.

2 Commentaires

  1. Des Messieurs , Dames  » Gilets jaunes » se sont rendus compte qu’un camion-citerne transportait en fait un groupe de migrants dans sa citerne . Ils se sont empressé de les débarquer, clamant que les « Gilets jaunes » étaient « meilleurs que les douanes »…Ne sont-ils pas dans la triste tradition des mouchards de France en 1940 pointant du doigt « la lie de la terre » ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Important : Les commentaires étant modérés avant publication, merci de veiller au respect de la législation française en vigueur.

Please enter your comment!
Please enter your name here