[Communiqué] La censure de Charb est une trahison

La représentation de l’adaptation théâtrale de la Lettre aux escrocs de l’islamophobie qui font le jeu des racistes, écrite par Charb, vient d’être annulée à deux reprises à Lille

Le président de l’Université de Lille 2 invoque pour justifier sa décision le risque de « débordements ». À la Maison régionale de l’environnement et des solidarités (MRES) de cette même ville, c’est la LDH et le MRAP locaux qui avancent leurs craintes « de cautionner au final la ligne politique mise en avant par Charlie depuis Val ». 

Dans les deux cas, nous assistons à une véritable capitulation et au retour d’un esprit munichois qui, chaque jour, organise nos reculades et nos reniements. La déprogrammation de ce spectacle n’est pas une simple annulation : c’est un acte de censure, de lâcheté et de trahison de nos valeurs. 

C’est parce que depuis des années nous avons mis un genou à terre devant les assauts du fondamentalisme religieux qu’aujourd’hui la peur nous paralyse. C’est parce que les républicains ont cessé de parler que les extrémistes s’expriment sans crainte d’être contredits et monopolisent le débat public. 

Non contents d’avoir assassiné Charb, les islamistes voudraient effacer toute trace de son oeuvre et nier l’existence de son message. Nous refusons d’obéir à ceux qui nous enjoignent de mettre les Lumières sous l’éteignoir de leur obscurantisme et dénonçons ceux qui ,consciemment ou pas, leur trouvent des excuses et des justifications. 

La LICRA invite l’ensemble des acteurs culturels, universitaires et associatifs à diffuser l’oeuvre de Charb et à faire jouer, partout où ils le pourront, l’adaptation théâtrale de ce texte. C’est ça, « être Charlie » ! 

Contact presse : communication@licra.org