La LICRA et le ministère de l'Education renforce leur partenariat

Le mardi 5 juillet 2011, la LICRA et le ministre de l'Education nationale, Luc Chatel, ont signé un "partenariat renforcé" visant à prévenir et combattre le racisme, l'antisémitisme et les discriminations en milieu scolaire. Il s'agit d'une convention sur trois ans ajoutant trois nouveaux axes de travail aux engagements de la précédente convention signée en 2007 en matière d'actions de formation d'élèves du secondaire et d'enseignants par la LICRA.

La Licra va participer "à l'exécution des nouvelles mesures de responsabilisation prévues par la réforme des sanctions pour les élèves réprimés pour racisme, antisémitisme ou pour tout acte de nature discriminatoire. Des actes qui représentaient 5,1 % des incidents graves signalés en 2009-2010".

La convention précise que la LICRA prendra en charge l'exécution d'une telle mesure "à la demande des chefs d'établissement". Celle-ci "fera l'objet d'un engagement formel entre le chef d'établissement, le ou les élèves concernés, les représentants de l'autorité parentale et les représentants de la LICRA".

La "mesure de responsabilisation" est une nouvelle sanction, visant à faire prendre conscience de leurs actes aux élèves. C'est une sanction qui consiste à participer, en dehors des heures denseignement, à des activités de solidarité, culturelles ou de formation à des fins et ce à des fins éducatives.

L'idée est de limiter le recours à l'exclusion des élèves. La LICRA pourra aussi "intervenir par des actions de médiation au sein des établissements scolaires confrontés à des situations de racisme et d'antisémitisme ou de nature discriminatoire, à la demande des recteurs, inspecteurs d'académie ou chefs d'établissement.

Enfin la convention prévoit l'élaboration et l'expérimentation d'un module sur les risques d'internet autour de l'incitation à la haine raciale.