« Je suis toujours Charlie »: les victimes de janvier 2015 honorées à Paris (Article de L’Express)

rassemblement-a-paris-le-7-janvier-2017-en-hommage-aux-victimes-de-l-attentat-de-charlie-hebdo-deux-ans-plus-tot_5776107 (1)Quelques centaines de personnes se sont rassemblées samedi soir place de la République à Paris pour rendre hommage aux 17 victimes des attentats contre Charlie Hebdo et l’Hyper Cacher.

« Jean Cabut dit Cabu », « Clarissa Jean-Philippe », « Yohan Cohen »… Deux ans après les attentats contre Charlie Hebdo et l’Hyper Cacher, quelques centaines de personnes se sont rassemblées samedi soir place de la République à Paris, dans un hommage sobre aux 17 victimes, dont les noms ont été lus.

Une « toile participative » avait été déroulée au pied de la statue de la place, faite de mains colorées où des dizaines de personnes ont inscrit un message en hommage aux victimes.

« Une banalisation des attentats »

Le rassemblement avait été annoncé vendredi, à l’appel de l’Association française des victimes du terrorisme (AfVT), soutenue par plusieurs organisations dont SOS Racisme, la Licra et l’UEJF.

« On ne pouvait pas ne pas être là », a dit à la presse Guillaume Denoix de Saint Marc, directeur général de l’AfVT, un panneau « Je suis toujours Charlie » à la main. « On s’aperçoit qu’après chaque attentat le temps de cohésion nationale est de plus en plus court », a-t-il relevé, regrettant « une banalisation des attentats » contre laquelle « il faut lutter ».

Pour Dominique Sopo, président de SOS Racisme, il faut « un travail de vigilance de long terme par rapport à ceux qui veulent exploiter des failles dans la société française pour diviser, ce que font d’ailleurs les djihadistes« .

« Il est où l’esprit du 11 janvier ? »

« Il est où l’esprit du 11 janvier ? », a dit Marie, désabusée, évoquant la manifestation géante après les attentats de janvier 2015. « La solidarité, ce n’est pas un jour de manifestation. Tous les jours les victimes ont besoin d’attention, de reconnaissance », a insisté cette membre de l’AfVT, pensant aux « blessés qui se font opérer tout le temps ».

Au lendemain de l’attaque contre Charlie Hebdo par les frères Kouachi, Amédy Coulibaly avait tué une policière municipale à Montrouge, en banlieue parisienne. Le 9 janvier, il exécutait quatre hommes lors d’une prise d’otages dans une épicerie juive de Paris, l’Hyper Cacher.

Source : Article de l’Express consultable à l’adresse :

http://www.lexpress.fr/actualite/societe/je-suis-toujours-charlie-les-victimes-de-janvier-2015-honorees-a-paris_1866726.html