La LICRA à la Foire de Châlons

1

Avec 250.000 visiteurs, la Foire de Châlons est le rendez-vous incontournable de la rentrée. Deuxième foire à l’échelle hexagonale, c’est un événement qui vit au rythme de son époque et qui ne se limite pas à la découverte du monde agricole.

Répondant aux défis qui s’offrent à la société française, innovation, jeunesse et capacité d’entreprendre sont désormais au centre des 13 hectares sur lesquels elle s’étend. A l’occasion de cette 72e édition, la section LICRA de Châlons-en-Champagne était l’invitée d’honneur de la journée du dimanche 9 septembre pour célébrer son 35e anniversaire et la 18e année consécutive de présence sur la Foire.

Mario Stasi accueilli à la Foire de Châlons par les élus et les militants

Rendez-vous était pris, avec Mario Stasi, président de la LICRA, Frédéric Potier, Délégué interministériel à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT (DILCRAH), et la section châlonnaise présidée par Nelly Beaufort. Paul Eluard l’avait si bien écrit « Il n’y a pas de hasard, il n’y a que des rendez-vous. » Marine Le Pen y avait fait sa rentrée l’avant-veille, tentant sans succès d’arracher à un policier des doléances qu’elle aurait pu mettre au crédit de sa campagne pour les élections européennes de 2019 à venir. Il était donc primordial que la parole universaliste soit également portée à Châlons-en-Champagne.

Mario Stasi, Nelly Beaufort, José Kappé-Sopio et Dominique Baris (le plus ancien adhérent de la LICRA Châlons-en-Champagne)

Et c’est un accueil chaleureux qui fut réservé à la gare par Denis Conus, préfet de la Marne à Mario Stasi et Frédéric Potier. A l’entrée de la foire, Bruno Forget, le commissaire général de la Foire, était également présent pour les accueillir en compagnie de Benoist Apparu, le maire de Châlons-en-Champagne, Lise Magnier, députée de la Marne, Nelly Beaufort, la présidente de notre section locale et Olivier Nostry, président de l’association EX AEQUO. Engagée dans la lutte contre les discriminations et pour l’égalité, la ville de Châlons-en-Champagne leur a offert une présentation de ses actions.

C’est ensuite sur le stand EX AEQUO que la visite de la foire a débuté. Fondée en 1996, elle lutte depuis activement contre les « LGBT-phobies » et œuvre à la promotion de la culture LGBT. L’occasion de revenir avec Olivier Nostry, son président, sur les combats menés jusqu’aujourd’hui et de dialoguer sur ceux à venir en matière d’égalité et de discriminations contre les personnes LGBT.

Mario Stasi, Olivier Nostry et Frédéric Potier

La visite s’est ensuite poursuivie par un passage sur le stand de L’Union, le principal quotidien régional, et par les stands des syndicats (CGT, CFDT, CGE-CGC, FO, etc.). Mario Stasi ne pouvait que se sentir chez lui, et ils furent nombreux à le lui rappeler en évoquant leur souvenir nostalgique de son oncle, Bernard Stasi, longtemps maire d’Epernay, député de la Marne et président du Conseil Régional de Champagne-Ardenne. Mais c’est sur le stand de la LICRA de Châlons-en-Champagne qu’il était attendu par les militants présents et mobilisés par cette journée qui mettait à l’honneur leur section au cœur de la Foire. Parce que la fraternité a toujours présidé à l’idéal de la LICRA, elle fût ce dimanche incarnée par la venue d’Alain David, président de la LICRA Dijon accompagné de 3 militants de sa section ainsi que de Francine Bellour, présidente de la LICRA Reims.

« Un groupe d’amis préoccupés par la recrudescence du racisme se sont retrouvés afin de rechercher en commun la façon d’exprimer leur opposition à la montée de l’intolérance raciale et aux graves menaces qu’elle promet. »

L’après-midi fut ensuite consacré à la célébration d’un bel anniversaire, le 35e de la section de Châlons-en-Champagne. 35 années de militantisme et d’engagement que Nelly Beaufort a évoqué dans un émouvant discours. « Un groupe d’amis préoccupés par la recrudescence du racisme se sont retrouvés afin de rechercher en commun la façon d’exprimer leur opposition à la montée de l’intolérance raciale et aux graves menaces qu’elle promet. ». Elle a ensuite rappelé que l’éducation est au cœur de l’action de la LICRA et c’est Mario Stasi qui prit ensuite la parole pour la remercier de son invitation. Pour dire également, qu’il retrouvait toute la vigilance et l’engagement qui président aux missions que la LICRA doit remplir afin de répondre aux nombreux défis qu’invoque notre époque dans les actions de la section.

« Le relativisme est incompatible avec l’exigence de l’universalisme. »

Point d’orgue de cette journée chaleureuse et pleine d’espoir, la table-ronde « Les universalistes contre les identitaires » qui réunit Frédéric Potier, Isabelle Kersimon et Mario Stasi fut animée par Abraham Bengio, le président de la Commission Culture de la LICRA. Dans l’assistance, Charles de Courson, député de la Marne, et Bruno Bourg-Broc, président de l’agglomération, ont rejoint la salle. « Le relativisme est incompatible avec l’exigence de l’universalisme », c’est par ces mots que Mario Stasi s’est exprimé sur les écueils qui paralysent la pensée de nombreux acteurs ou détracteurs de l’antiracisme et contre qui « il fallait avoir le courage de réaffirmer ses valeurs afin de ne pas laisser la porte ouverte à ceux qui hiérarchisent les haines et essentialisent l’autre. » Héritier d’une longue tradition de veille et d’alerte chère à la LICRA, il a ainsi conclu : « ne soyons pas des consommateurs joyeux, soyons des citoyens vigilants. »

1 COMMENTAIRE

  1. La LCRA Reims était aussi présente et le débat de grande qualité! Serait-il possible d’en recevoir l’enregistrement. Toutes mes félicitations à la section de Chalons en Champagne.
    Très cordialement

LAISSER UN COMMENTAIRE

Important : Les commentaires étant modérés avant publication, merci de veiller au respect de la législation française en vigueur.

Please enter your comment!
Please enter your name here