L’actu de la LICRA Bergerac

0

Vendredi 29 mars

Le président de la section, Stéphane Guthinger, et la présidente d’honneur, Mireille Bordes, étaient au jury de la finale du premier concours d’éloquence des étudiants en droit ce soir au tribunal de Périgueux. 

Le jury était composé de M Delcros, président du TGI, de Me Barrateau, bâtonnier, de Mireille Bordes, vice-présidente du département, de Christian Lecomte, maire de Champcevinel et vice-président du Grand-Périgueux, de M. Gombeau, directeur de l’institut de droit, de Mme Mayaud, maire-adjointe de Périgueux, de Michel Testut, président de l’académie des belles lettres du Périgord et de M Gachard, magistrat honoraire et représentant de la société des membres de la légion d’honneur.
Le concours avait pour thème « Facebook vs Snapchat ».

Cet exercice a été l’occasion pour les équipes en lice de mettre en garde contre les dérives potentielles des réseaux sociaux, permettant ainsi au jeune et nombreux public présent de prendre du recul sur son utilisation quotidienne des réseaux sociaux. Un beau moment d’éveil des consciences. 

Félicitations au trio Sacha Molesini, Lollie Doche et Romain Lagrange qui a remporté de haute lutte l’épreuve en défendant Snapchat. Sacha et Romain sont également membre de la section.

Vendredi 29 mars 

La section était présente au rassemblement organisé ce soir place Gambetta à Bergerac pour manifester notre soutien aux musulmans de Bergerac après les actes de vandalisme survenus sur le chantier de la mosquée de Bergerac dans la nuit du 24 au 25 mars. à cette occasion, les militants présents ont pu diffuser le discours du président à a ce sujet.

« Chers amis,

J’ai ce soir la tâche de représenter la toute jeune LICRA de Bergerac. Quand la LICRA nous a confiés la tâche de créer cette nouvelle section, nous ne pensions pas que nous aurions si vite à intervenir. Un jour pour dénoncer les propos fantaisistes d’un élu en mal d’existence politique, qui voit dans un jumelage une cinquième colonne islamiste et terroriste, aujourd’hui pour apporter notre soutien fraternel aux musulmans de Bergerac, que l’on a tenté – mais guère réussi – d’outrager, et qui sait quoi demain.

Pour ceux qui l’auraient oublié, la loi du 9 décembre 1905 stipule dans son article premier que la République garantit le libre exercice des cultes. Vandaliser un édifice cultuel en cours de construction en est la négation même. Il s’agit non seulement d’un délit mais également d’une atteinte profonde aux valeurs républicaines élémentaires auxquelles aucun patriote ne saurait déroger.

L’utilisation de sang de porc, et l’abandon d’une tête de porc, aliment « haram » (interdit) pour les mulsumans procèdent d’une volonté de provocation et d’intimidation. Quoi que puissent en penser les représentants des partis de l’intolérance et du rejet de l’autre, les musulmans de Bergerac ont le droit à disposer d’un lieu de culte décent.

La LICRA de Bergerac condamne donc sans réserve ces actes antirépublicains et destructeurs de la concorde nationale. Elle appelle à les nommer pour ce qu’ils sont : des actes anti-musulmans et racistes. 

Quant aux polémiques incessantes entretenues par les partis de la haine, qui aujourd’hui encore chicanent sur le soutien à apporter à nos amis musulmans, préférant à nouveau se complaire en attaques politiques, nous, LICRA de Bergerac, avons un message pour eux : nous vous voyons, nous vous observons, et nous ne nous laisserons pas intimider. Nous ne nous laisserons pas intimider. Jamais nous ne plierons devant les diviseurs de la Nation. » 

Samedi 30 mars 2019

Réunion de bureau de la section ce matin et première réunion avec les militants cet après-midi à la mairie de Villamblard, en présence de Marie-Rose Veyssiere, conseillère départementale du canton et nouvelle adhérente.

Le choix de Villamblard s’est imposé à nous en raison des liens qui unissent ce village à la LICRA et ses combats, que ce soit les activités de résistance de Jean Pierre-Bloch, co-fondateur de la LICRA, ou bien celles de Maxime Sarlat, premier juste de la Dordogne, dont l’arrière-petit-fils, Thomas, est l’un de nos militants et membre du bureau de la section.Échanges nourris avec des militants motivés. Nous faisons tous notre, le mot d’ordre de notre président Mario Stasi : s’indigner ne suffit pas, il faut désormais militer et se battre au quotidien. 

Mercredi 03 avril

Article de présentation de la section et de ses axes de travail Sud-Ouest. À lire !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here