Laïcité : La Licra appelle à l’apaisement

La laïcité c est par où ?

Depuis 1905, la question de la laïcité a toujours été un sujet enflammé. A l’époque, les défenseurs de la laïcité voulaient « bouffer du curé ». Aujourd’hui encore, la polémique l’a emporté sur le fond. Lundi soir, au Crif, le Premier ministre a désavoué publiquement le président de l’Observatoire de la laïcité, Jean-Louis Bianco. A l’origine, une tribune contre le terrorisme, « Nous sommes Unis » publiée dans Libération signée par les représentants des différentes confessions et par… Jean-Louis Bianco.
Pour Manuel Valls, l’Observatoire de la laïcité ne pouvait apposer sa signature à côté de celles « d’associations musulmanes militantes réputées proches des Frères musulmans », peut-on lire sur le site de RFI.
Sur France Inter, le président de l’Observatoire répond au Premier ministre et considère qu’il « y a des bouffées d’agressivité sur la laïcité ». Il réaffirme sa position: « La laïcité est une valeur sûre » et répond également à Jean Glavany: « ma conception de la laïcité est celle de Bernard Cazeneuve qui a dit que la laïcité n’a pas à se durcir mais à s’affirmer (…) tout est déjà dans la loi. il faut l’appliquer sereinement, sagement (…) C’est une querelle qui me paraît inutile. On a le droit de pratiquer une religion, de critiquer une religion, toutes les religions, y compris l’Islam mais pas que l’Islam sinon on s’appelle Marine Le Pen ».

La Licra déplore cette polémique. La laïcité doit être univoque. Elle doit s’appuyer sur le droit pour sortir du débat houleux et affirmer la liberté de chacun dans notre société. La Licra rappellera prochainement par une note de synthèse l’analyse qui est la sienne sur la question.