Le dernier jour d’Yitzhak Rabin d’Amos Gitaï : un film indispensable !

Petit compte-rendu de projection :


Ce mercredi 16 décembre, nous avons initié un début de partenariat cinéma avec Le Méliès de Montreuil, magnifique salle de cinéma toute neuve, salle de 200 personnes, avant-scène permettant les débats et les événements en tout genre !

Amos Gitaï était venu présenter son film et c’est « en tant que citoyen israélien » qu’il le fit selon ses propres dire. « Tout cela a commencé il y a 20 ans avec Rabin qui voulait trouver un chemin vers la paix avec les pays arabes. »

Car ce film fait état de son inquiétude d’israélien pour le pays, une inquiétude vue de l’intérieur, qui puise sa généalogie dans cet événement qui marqua un coup d’arrêt dans le processus de paix initié lors des accord d’Oslo.

Dernierjour1

Film magnifique qui témoigne à la fois de l’homme d’état épris de paix, pragmatiste averti, qu’était Rabin et du courage avec lequel il affronta la tempête et la campagne de haine et d’incitation au meurtre dont il fut victime de la part des ultra-religieux qui prononcèrent contre lui le Pura de natura, une malédiction qui appelle la mort dans les 30 jours sur celui qui en est l’objet, mais aussi de la part de toute la droite israélienne aujourd’hui au pouvoir, Benyamin Netanyahu en tête. Le film est à la fois le portrait du grand chef d’Etat visionnaire qu’il fut, qui s’inquiétait de la possibilité d’un retrait unilatéral de Gaza qu’il voulait éviter pour assurer aux Palestiniens une véritable transition démocratique, mettre en place les infrastructures nécessaires vitales (eau, électricité, services…) mais c’est aussi une enquête sur les conditions qui permirent cet assassinat de se produire.

Dernierjour

Mais ne nous trompons pas : Amos Gitaï ne fait pas dans le genre complotiste : il n’y a pas et il n’y eut pas selon lui de complot orchestré, juste une campagne de haine qui permit le terrible passage à l’acte de l’assassin. c’est donc à une véritable enquête dans l’enquête que se livre ce film, témoignage paradoxal d’ailleurs de la vitalité démocratique de la société civile israélienne dont Amos Gitaï est un des représentants éminents. A voir absolument !

A voir notamment au Méliès (Montreuil) et à l’Arlequin (liste des salles sur Allo Ciné) Projection Licra: rendez-vous le 10 janvier au Luxy à Ivry sur Seine.