Le sport face au repli identitaire et aux enjeux de la diversité

Aux côtés de la LICRA, acteurs du monde associatif, Etat, collectivités, chercheurs et sportifs se mobilisent pour comprendre et apporter des réponses au développement du communautarisme et de pratiques identitaires dans le sport. 

Fin octobre 2015, un rapport du service central du renseignement territorial a mis en évidence le développement du communautarisme religieux et de  la radicalisation au sein de certaines associations sportives.  

Une situation préoccupante

Au total, une vingtaine de cas graves ont ainsi été recensés en moins de deux ans et il y a tout lieu de croire qu’ils ne forment que la partie visible d’un phénomène plus profond.

Si ces chiffres paraissent marginaux au regard de l’ensemble de l’écosystème du sport amateur, leur évolution doit néanmoins nous alarmer quant à l’ancrage du fait religieux et communautaire dans le quotidien d’une partie de notre jeunesse. Alors que le sport est une source d’intégration, d’émancipation et d’ouverture à l’autre, il se transforme, dans certains quartiers, en machine identitaire. 

L’émergence de pratiques contraires aux valeurs de la République

Des phénomènes étrangers à l’éthique sportive et à ses valeurs sont apparus : recrutements exclusivement menés au sein d’une communauté particulière, prosélytisme religieux, refus de la mixité, soudaine apparition de tenues traditionnelles et de prières sur le terrain ou dans les vestiaires…

L’entrisme et le prosélytisme manifestes de l’islam radical dans certains clubs sportifs dont la doctrine bannit pourtant toute pratique sportive, est une source de préoccupation majeure et laisse augurer une stratégie de recrutement à long terme.

Cette escalade conduit parfois, à l’occasion d’une rencontre, à l’affrontement, avec des oppositions très fortes entre territoires.

La situation est d’autant plus problématique que ces dérives sont à l’œuvre au sein de bâtiments sportifs publics, appartenant la plupart du temps aux collectivités territoriales et dans le cadre d’activités financées par de l’argent public.

L’apport de la LICRA à la lutte contre les dérives identitaires

Chaque année, la LICRA mène une enquête auprès des collectivités locales et des offices municipaux des sports afin de prendre la mesure des phénomènes racistes et antisémites rencontrés à la faveur d’une activité sportive.

L’enquête annuelle 2016 de la LICRA montre la progression constante des dérives communautaires, ethniques, religieuses, identitaires et sexistes. Ces phénomènes sont à l’origine d’incidents graves et parfois violents, dont les relents racistes et antisémites n’échappent à personne.

Face à cette situation et plus globalement face à la radicalisation rencontrée dans notre pays, l’Etat agit dans plusieurs domaines, en collaboration avec les collectivités territoriales, les fédérations sportives et les acteurs associatifs.

Chaque année, dans le cadre de sa convention avec le Secrétariat d’État aux Sports, la Licra diffuse un questionnaire à un panel de 596 communes choisies sur la base de critères scientifiques et sociologiques (nombre d’habitants, localisation …).

Cette enquête porte sur les phénomènes racistes, antisémites, sexistes, homophobes mais aussi communautaristes et extrémistes rencontrés à l’occasion d’une pratique sportive. 

Téléchargez les résultats de l’enquête