Lutte contre la haine sur internet : Facebook, Twitter et Youtube doivent faire mieux.

Les résultats du monitoring de 6 semaines réalisé par des associations dont la Licra et l’INACH en coopération avec la Commission Européenne démontrent que Facebook, Twitter et Youtube doivent réellement s’améliorer en termes de lutte contre les contenus haineux

Le 7 décembre, à Bruxelles, s’est tenu le « European Union HIGH LEVEL GROUP » luttant contre le racisme, la xénophobie et toutes les formes d’intolérance. Le groupe d’experts a présenté et a analysé les premiers résultats de l’application du code de conduite signé en mai dernier entre la Commission et les IT Compagnies.

L’exercice de monitoring a été commandé par la Commission européenne aux associations pour mesurer les progrès et la bonne application de ce Code. Certains membres de l’INACH dont la Licra (Commission Internationale et Commission Juridique) ont participé à cet exercice.

Voir ici l’ensemble du rapport :

http://inach.zone35.net/fileadmin/user_upload/Factsheet-Monitoring.pdf


Durant cette réunion, l’INACH représenté par Tamas Berecz and Ronald Eissens et les membres de son réseau, l’organisme de la protection de la jeunesse allemand Jugendschutz par Steffen Eisentraut, l’ONG autrichienne ZARA par Dina Milandi et la Licra par Gilles Bloch ont présenté leurs contributions.

licra inach cyberhaine licra-inach-cyberhaineLes résultats sont clairs : le temps de suppression ainsi que le pourcentage de suppression des contenus ne sont pas bons : « En pratique, les IT Compagnies ne s’occupent que de 40 % des cas qui leur sont signalés en moins de vingt-quatre heures. Le pourcentage de retrait des contenus est quant à lui de l’ordre de 28,2 %… Cette étude a aussi remarqué d’importantes différences de traitement selon les pays. En France (chiffres Licra), les publications racistes étaient supprimées dans plus de 50 % des cas signalés.

Vera Jourova, Commissaire européenne chargée de la justice et des consommateurs a insisté que la nécessite de la prise de mesures rapides pour limiter la propagation des propos haineux sur les réseaux sociaux, les messageries ou certains services en ligne. Elle a ajouté : « Si Facebook, Youtube, Twitter et Microsoft veulent me convaincre moi et les ministres que l’approche non-législative peut fonctionner, ils devront agir rapidement et faire les efforts nécessaires dans les prochains mois ».


A la fin de ce meeting, une nouvelle période de monitoring sera mise en place dès le début de l’année 2017. La Licra répondra une nouvelle fois présente dans la lutte contre les discours de haine sur le web.

Le Monde :

Discours haineux : la Commission européenne rappelle à l’ordre les réseaux sociaux

INACH article :

Social Media not doing very well in online hate removal probe.