Pour les Roms

Par Mario Stasi, Président de la LICRA

3

Une fois de plus, la haine des Roms a ressurgi dans l’actualité. Avec une violence inouïe. En Saint-Denis, c’est par la rumeur qu’elle s’est manifestée.

Sur les réseaux sociaux, une fausse information accusant des Roms d’avoir enlevé des enfants dans le cadre d’un prétendu trafic d’organes a déclenché plusieurs expéditions punitives à partir du 26 mars à Clichy-sous-Bois, Bobigny, Aubervilliers, Bondy, Montreuil et Noisy-le-Sec. Des commandos, armés de bâtons, de couteaux, de barres de fer, se sont livrés à des lynchages et à de véritables chasses à l’Homme. À Colombes, dans les Hauts-de-Seine, les occupants d’une camionnette ont été la cible d’une foule hostile, qui les soupçonnait de vouloir enlever des enfants. Au total, en une semaine, on a dénombré 28 attaques anti-roms, ayant toutes une même origine : une rumeur raciste relayée 16 millions de fois, appuyée par nombre de contenus d’incitation à la haine et au meurtre sur les réseaux sociaux. C’est une communauté entière qui aujourd’hui vit dans la peur. 

C’est une communauté entière qui aujourd’hui vit dans la peur.

En Italie, la justice vient d’ouvrir une enquête après des incidents survenus dans la banlieue de Rome, où près de 200 habitants et militants d’extrême-droite, issus de CasaPound et Forza Nuova, deux groupuscules néofascistes ont brûlé des poubelles et crié des slogans racistes pour protester contre l’arrivée de familles roms dans un centre d’accueil temporaire. « Singe de merde, tu dois t’en aller, si tu sors je te tue », a hurlé l’un d’entre eux, tandis qu’un autre a lancé « on doit les brûler », rapporte le quotidien La Stampa, qui évoque aussi des slogans comme « Italie, fascisme, révolution ».

« Singe de merde, tu dois t’en aller, si tu sors je te tue »

En région parisienne comme en Italie, c’est la même haine qui poursuit les roms. C’est la même violence qui veut leur peau. 

Face à ces phénomènes, nous devons agir sans trembler et sans tergiverser, en nommant les choses. Les Roms forment une communauté, d’ailleurs très hétérogène, qui cristallise les haines et les fantasmes, depuis des siècles. Aujourd’hui, les Roms sont les premières victimes de racisme et de discriminations raciales en Europe et peu nombreux sont ceux qui se lèvent pour les défendre. Sur eux pèse un tombereau de préjugés qu’il faut déconstruire et qui peuplent un imaginaire raciste décomplexé. Le racisme anti-roms, et c’est effroyable, est devenu un racisme consensuel qui ne soulève le cœur que d’un noyau très réduit de militants et de citoyens. Cela doit changer et la LICRA, comme elle le fait depuis des décennies, ira dans les tribunaux, à chaque fois qu’elle en aura connaissance, pour se constituer partie civile et demander à la justice de reconnaitre les droits des victimes. 

Le racisme anti-roms, et c’est effroyable, est devenu un racisme consensuel (…)

Mais cela, malheureusement, ne suffira pas. Comme toujours, notre rôle en matière d’éducation est majeur, et en premier lieu, l’éducation à l’utilisation des réseaux sociaux. Car comme l’a rappelé le journaliste Clément Weil-Raynal, il manquait un coupable dans le box des accusés, à côtés de ces néo-pogromistes renvoyés devant leurs juges. Cet absent, c’est l’auteur du premier tweet qui a lancé cette rumeur atroce et dont l’écho en a produit des millions d’autres, ensauvageant les rues de certaines villes. Le racisme est aujourd’hui incubé sur les réseaux sociaux avant d’éclore dans la vraie vie.

La future loi Avia qui sera discutée à partir du mois de mai devant le Parlement aura dans ce domaine une exigence de résultat. Et de simples ordonnances pénales envoyées aux twittos haineux ne suffiront pas à faire entrer dans les consciences que le racisme est un délit comme les autres et doit être traité avec la sévérité de la loi pénale ordinaire. Et ce pour une raison simple : il peut tuer.

3 Commentaires

  1. Les rumeurs sont une arme diabolique. Elles l’ont toujours été et sont très utiles pour ceux qui les lancent. À qui profitent ces rumeurs malsaines? Pas à l’honnêteté, pas à la morale, pas à la justice.

  2. Bonjour,
    Merci d’exister.
    Et, désolés, mais un blâme de notre part, pour votre manque de neutralité dans l’un des titres de vos articles!
    « Et Dieu créa l’infâme », vous n’avez su là résister à un mauvais jeu de mots, lequel ne vous honore pas vraiment… Car quels que puissent être les propos néfastes de B.B., vous devriez regarder sa vie dans son intégralité, et non pas vous servir d’une arme sémantique pour, finalement, l’insulter en tenant vous-mêmes des propos néfastes à son égard, ce que justement vous lui reprochez à l’égard des autres.
    Nous en profitons ici pour vous affirmer notre conviction dans le fait que Racisme, Sexisme et Spécisme semblent directement liés, au vu des prodigieuses avancées éthologiques de ces dernières décennies. En ce sens, il est fort possible que la véritable évolution, comme le combat à mener, soit dorénavant axé sur ce lien existant entre tout Vivant, sans aucune discrimination, et qu’elle concerne ainsi la couleur de peau, le genre, l’ethnie ou la religion, mais également l’espèce.
    Il n’existe aucune frontière, lorsque il s’agit de Souffrance, objectivable par toute la communauté scientifique….
    B.B a axé sa vie dans l’unique but d’une suppression de la souffrance des animaux, à une époque où ces neurosciences n’en étaient qu’à leurs balbutiements, plutôt que s’offrir palais et fourrures… ce qui, en soi, devrait déjà suffire à la rendre respectable.
    Si cependant elle exprime des propos racistes, ceux-ci sont évidemment condamnables -et à condamner-, mais n’annulent certainement pas le juste combat qu’elle mena toute sa vie contre le spécisme.
    A force de voir les crimes commis par ses propres congénères, alors que vouant sa vie à combattre ces mêmes crimes impunis, mais sans cependant voir aucune évolution de conscience des souffrances incommensurables infligées par l’Homme aux animaux non humains, on finit par tenir des propos « disruptifs »…..
    Merci.

  3. Merci à la Licra pour ces témoignages. Le haine envers les Roms est une infamie que nous avons le devoir de dénoncer et de combattre Peuple victime qui n’a d’autre choix que la mendicité en Roumanie comme partout en Europe. La bête immonde du racisme et de la xénophobie est de retour chez nous et dans toute l’europe, c’est une gangrène qui risque de nous coûter cher si nous la tolérons.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here