Quand la gendarmerie manque de modération

Le quotidien Le Progrès a révélé cette semaine un dysfonctionnement très grave de la page officielle Facebook de la Gendarmerie de l’Ain :

« Les gendarmes de l’Ain ont l’habitude depuis plusieurs années, de communiquer leurs actions et arrestations sur une page Facebook. Or, la relation d’une interpellation à Nantua, fin août, a donné lieu à des commentaires odieux de la part d’internautes qui écrivaient sous le sceau de l’anonymat. Appels à la violences, propos outranciers voire xénophobes se succèdent les uns aux autres sans qu’apparemment aucune modération n’ait été opérée. »

Aux commentaires « Nantua, nouvelle capitale turque » s’ajoutaient des suggestions du type « Ils méritent d’être bien tabassés oui … et k on les renvoit chez eux … car la bas ils feront moins les malins ».

Des propos aux relents racistes inacceptables qui auraient dû être modérés par les forces de l’ordre responsables du contenu de cette page. Alertés par l’article du Progrès, les gendarmes ont procédé à la suppression de ces commentaires. Alain Jakubowicz a fait savoir que la LICRA était disponible pour former les gendarmes de l’Ain à la lutte contre le racisme et l’antisémitisme, y compris sur les réseaux sociaux.

Captures d’écran :