Quand l’antisémitisme se transforme et … progresse #CongrèsLicra2016

Après l’épouvante suscitée par la Shoah, l’antisémitisme semblait réservé à l’extrême droite. Mais la guerre des Six Jours est venue réveiller les vieux démons : au nom de l’antisionisme, le vieil antijudaïsme chrétien et le prétendu « racisme scientifique » ont repris du service. Pour longtemps..

Inutile de remonter aux origines de la Licra pour décrire la puissance de l’hostilité aux juifs. Tout un chacun a en mémoire la violence de l’antisémitisme de l’entre deux guerres. Avec la Shoah, l’assassinat de 73 000 juifs de France, hommes femmes et enfants, a inscrit le processus dans la chair de l’histoire nationale.

A la Libération on mit du temps à lire cette page de l’histoire. Georges Bernanos, antisémite catholique repenti, avait écrit “Hitler a déshonoré l’antisémitisme !” ; manière pour lui de rompre avec ses amis de l’Action Française, englués dans la Collaboration. Ainsi prenait-il élégamment congé de ses maîtres, Charles Maurras et Edouard Drumont, sans pour autant renier leur héritage. N’eût été Hitler et Auschwitz, la judéophobie telle qu’on la pratiquait en France sous la IIIe République aurait donc, si l’on suit Bernanos, mérité une postérité moins sulfureuse que les Faurisson et autres Dieudonné. Certains faillirent y croire dans les années soixante. L’antisémitisme semblait réservé à l’extrême droite et à quelque illuminés marginaux.

Une partie de l’extrême gauche attachée aux droits des Palestiniens assimilait les juifs de France à Israël, et les citoyens de ce pays à la politique de son gouvernement.

LE TOURNANT DE LA GUERRE DES SIX JOURS

Mais la guerre des six jours devait réanimer les anciennes haines. La victoire d’Israël sur ses voisins arabes ne passait pas. Au nom de l’antisionisme, ou plutôt du refus de reconnaitre le droit d’Israël à l’existence, le vieil antijudaïsme chrétien et le prétendu « racisme scientifique » reprenaient du service. Ainsi coagulaient trois mouvements pour redonner puissance et violence à l’antisémitisme.

Ce qui était nouveau, c’est qu’à ciel ouvert une partie de l’ extrême gauche attachée aux droits des Palestiniens assimilait les juifs de France à Israël et les citoyens de ce pays à la politique de son gouvernement. La vigueur de l’antisionisme militant n’avait rien à envier celle de l’antisémitisme traditionnel. L’attentat contre la synagogue Copernic, le phénomène Dieudonné, l’assassinat d’Ilan Halimi hystérisèrent la situation. Les antisémites minoritaires dans les mouvements propalestiniens dans les années 80, commençaient à tenir le haut du pavé.

Antisionniste

Puis les meurtres commis devant l’école Ozar Hatorah de Toulouse administrèrent la preuve que, de nouveau, on tuait en France des juifs pour la seule raison qu’ils l’étaient. Encore aujourd’hui, des responsables politiques comme Eric Woerth refusent de parler à ce propos d’antisémitisme. Un fou,  un loup solitaire aurait tué ces enfants. Comme s’il était trop difficile de reconnaître la vérité.

LES PROPRIÉTAIRES DU BATACLAN « AURAIENT ÉTÉ JUIFS »…

Les attentats de 2015 ont frappé depuis, les journalistes de Charlie , des clients forcément juifs de l’hypercasher de Vincennes et des policiers en fonction avant de sembler frapper à l’aveugle le 13 novembre. On peut cependant remarquer  que le planificateur des attaques du 13 novembre, Abdelhamid Abaaoud était lié à Mehdi Nemmouche le tueur de musée juif de Bruxelles, tout comme Fabien Clain, l’homme dont la voix a été identifiée sur la video de Daech revendiquant les attaques du Bataclan et Mohamed Merah, le tueur de l’école juive de Toulouse. Le rapport  entre les attentats du 13 novembre visant tout le monde et ceux contre les cibles juives de ces dernières années est donc fermement établi par les enquêteurs d’autant plus que le Bataclan était ciblé depuis 2009, parce que « ses propriétaires auraient été juifs » a précisé  aux enquêteurs un membre du groupe Jaish al-Islam. Cela s’ajoutait au fait  que le Bataclan était visé pour avoir accueilli chaque année un gala de solidarité avec Tsahal. Il y a là la partie émergée d’un iceberg dont personne n’a encore pris toute la mesure.

Les agressions antisémites comme celle de Marseille qui frappa un enseignant porteur de kippa se sont multipliées et aujourd’hui la moitié des attentats racistes en France touche des juifs, alors qu’ils représentent moins de 1% de la population. Le ministère de l’intérieur recense de plus en plus de plaintes pour menaces de mort et injures antisémites. Que parmi les agresseurs il y a une majorité d’individus de culture musulmane est indéniable, mais il y en a aussi d’autres que l’expression de la haine sur les réseaux sociaux a comme libérés.

Source : http://www.slate.fr/story/90123/lantisemitisme-nexiste-plus
Source : http://www.slate.fr/story/90123/lantisemitisme-nexiste-plus

FACE A LA HAINE RECUITE DES SACHANTS…

L’action contre l’antisémitisme doit prendre une nouvelle dimension ; il y a bien sûr l’antisémitisme des sachants, de ceux qui alimentent à tour de bras les réseaux sociaux avec une haine recuite nourrie d’antijudaïsme chrétien traditionnel, de racisme biologique vieux de plus d’un siècle et d’antisionisme virulent.  Contre eux il faut argumenter non pour convaincre les auteurs de ces diatribes mais pour dénoncer leur campagne haineuse mal intentionnée.

… ET À L’ANTISÉMITISME DES IGNORANTS…

Mais il y a surtout l’antisémitisme des ignorants, le plus répandu, à qui il faut s’acharner à parler. Disons franchement qu’il nous arrive trop rarement de nous confronter aux arguments de ces jeunes souvent mal informés et intoxiqués par une haine abstraite d’autant plus violente qu’elle n’est pas fondée. Ce qui est récurrent dans ce public, qui souvent vit en banlieue, c’est l’image d’un pauvre palestinien forcément exploité et privé de droits du fait d’Israël : Rectifier cette image est nécessaire : il faut entreprendre de détruire nombre de stéréotypes comme celui de juifs riches participant de ceux qui détiennent le pouvoir dans la société française.

Certains juifs n’ont jamais été en Israël et les juifs français ne sont pas responsables de la politique israélienne. Pour faire triompher une appréhension plus juste de la société israélienne, il faut disposer de temps et de structures de formation suffisamment souples pour que l’échange d’arguments rationnels y soit possible. De ce point de vue, nos interventions en direction des jeunes doivent aborder cette thématique. Elle sera d’autant mieux acceptée que nous y adjoindrons notre réflexion pour proscrire tout type de racisme et que nous affronterons l’argument du « deux poids deux mesures ». Les juifs ne réclament aucun privilège et si la police et l’armée les défendent c’est qu’ils sont ceux qui sont les plus attaqués. La tâche est difficile, ne nous le cachons pas d’autant que cette haine stimulée par la violence des attentats est passionnelle et sans véritable raison.

Illustration par Guillaume Beck. Source : http://www.unpeudedroit.fr/droits-de-lhomme/deux-poids-deux-mesures-serieusement/
Illustration par Guillaume Beck. Source : http://www.unpeudedroit.fr/droits-de-lhomme/deux-poids-deux-mesures-serieusement/

Marc Weitzmann citait récemment le roman prophétique de Joseph Conrad, »L’agent secret »: »Que dire d’un acte de férocité destructrice si absurde, qu’il en devient incompréhensible, inexplicable, en fait dément? seule la démence est réellement terrifiante ». Les nazis furent plus directs : »Ici il n’y a pas de pourquoi « . Autant dire que le travail qui nous attend est immense: elle passe par un dialogue approfondi avec chacun pour que l’affectivité se mêlant à la rationalité puisse faire reculer une haine que la conjoncture a dramatiquement augmentée. L’antisémitisme a changé de dimension. Ce qui est nouveau , c’est que l’antisémitisme qui était tabou, sousterrain, cantonné aux fractions les plus radicales de l’extrême droite,il n’y a pas encore si longtemps, s’affiche aujourd’hui au grand jour,porté par des forces diverses via l’antisionisme. Face à cette banalisation,  personne ne sera de trop dans le dur combat qu’il nous reste à mener.

… SACHONS RESTER CRÉDIBLES…

Pour autant méfions nous d’un usage excessif du qualificatif « antisémite ». Prononcer ce mot systématiquement banaliserait une grave accusation. Il y a déjà suffisamment d’antisémitisme affiché pour ne pas amalgamer les tenants de cette lèpre avec de supposés suspects qu’il nous faut convaincre de renoncer à leur hostilité . Il est temps de penser et de combattre ce nouvel antisémitisme!

Antoine Spire


Ce texte a pour but d’alimenter les débats du 48e Congrès de la Licra, sur le thème : « En quoi l’émergence d’un antisémitisme affiché est-il un enjeu essentiel pour le mouvement antiraciste ? »
Infos et inscriptions : http://www.licra.org/inscrivez-vous-au-congres-de-la-licra-12-et-13-mars-2016/

Voir aussi :

Un FN menaçant sous son plafond de verre : http://www.licra.org/et-le-fn-congreslicra2016/

Congrès 2016 de la Licra : nos invités http://www.licra.org/congres-licra-2016-nos-invites/

Déconstruire radicalement le racisme anti-musulman : http://www.licra.org/deconstruire-radicalement-le-racisme-anti-musulman-congreslicra2016/

Dominique Attias – « La société va changer » http://www.licra.org/dominique-attias-la-societe-va-changer-congreslicra2016/

Thierry Marx : sa cuisine fait tomber les barrièreshttp://www.licra.org/thierry-marx-sa-cuisine-fait-tomber-les-barrieres/