Histoire et Mémoire

HISTOIRE ET MEMOIRE2
Commission

Histoire
et
Mémoire

La Commission s’est fixée comme objectif de proposer pour l’action de la Licra des éléments de réflexion sur un certain nombre de sujets. Voici ceux que nous avons pu aborder.

HISTOIRE ET MEMOIRE

  • Commémorations : la commission a jugé qu’il n’était pas opportun de multiplier les dates. L’effort a été porté sur les commémorations touchant les crimes contre l’humanité et les génocides afin de leur donner plus de visibilité et de consistance.
  • Usage du mot islamophobie : la Commission, en accord avec le bureau exécutif de la Licra conteste l’usage du terme.
  • Publication de « Mein Kampf » : la Commission a été d’avis qu’il fallait accompagner ce qu’on ne pouvait empêcher, et s’est intéressée au travail considérable de l’Institut allemand d’Histoire du Temps présent, à Elle est entrée en relation avec les chercheurs de l’institut et du côté français avec l’historien Fabrice d’Almeida. Depuis, nous avons appris que les éditions Fayard étaient en France partie prenante à ce travail, et nous nous sommes mis en rapport avec elles. Le principe d’une présence de la Licra dans l’entreprise a été acquis. Reste à en déterminer la forme.
  • Invitation d’Alain Juppé au bureau : la Commission a manifesté ses réserves, rappelant le rôle équivoque de ce dernier ministre des Affaires étrangères pendant le génocide des Tutsi. Le souci qu’elle a fait valoir était de demander à Juppé d’être grand témoin et de porter le message de la culpabilité universelle, et en particulier de la culpabilité française quant au génocide (la Commission a considéré que le rapport à un génocide, quoi qu’il en soit des faits qu’il appartient à la recherche historienne d’établir, ne pouvait être que celui de la conscience d’une culpabilité universelle : cette thèse de la Commission a inspiré un article dans le DDV et une prise de parole au bureau lors de la venue d’Alain Juppé.)
  • Labellisation Licra : la Commission a souhaité la création d’un comité de lecture qui aurait la responsabilité d’examiner les œuvres proposées à l’approbation de la Licra, publications, expositions, prix litté..
  • Les événements : la Commission a été présente lors des manifestations qui ont mobilisé la Licra nationale : une soirée sur l’esclavage organisée avec le Cran au musée de l’immigration ; une réunion des 4 associations antiracistes au Camp des Milles ; l’inauguration du site de Rivesaltes ; les journées sur les Justes organisées par Mano Siri et Antoine Spire à Bourg-de-Pé

À côté de ces chantiers qui ont eu un impact tangible sur la vie de la Licra, d’autres, à plus long terme, ont été abordés, certains étant toujours en cours :

  • La création d’un mémorial à Dijon, assorti d’un colloque à l’inauguration. Pour des raisons circonstancielles cela n’a pas pu avoir lieu à a date prévue du 21 septembre 2015. La date en a été déplacée au 27 janvier 2017, avec l’installation d’une œuvre d’art, la modification du concept qui désormais concernera les trois génocides reconnus par l’ONU et l’idée corrélative d’un « Jardin de la mémoire ».
  • Poursuite sur la réflexion sur la question de l’islam, sur celle de l’homophobie.

 

Président Commission MHDH : Alain DAVID