Un Français sur quatre pense que les Illuminati nous manipulent

1

La deuxième grande enquête de la Fondation Jean-Jaurès et de Conspiracy Watch confirme l’importance du complotisme chez les Français. Analyse.

Par 

27 % des Français sont d’accord avec l’affirmation «  Les Illuminati sont une organisation secrète qui cherche à manipuler la population  ». 25 % adhérent à la théorie du grand remplacement («  l’immigration est organisée délibérément par nos élites politiques, intellectuelles et médiatiques pour aboutir à terme au remplacement de la population européenne par une population immigrée  »). 22 % approuvent l’idée qu’il «  existe un complot sioniste à l’échelle mondiale  ». Et 43 % soutiennent l’idée que «  le ministère de la Santé est de mèche avec l’industrie pharmaceutique pour cacher au grand public la réalité sur la nocivité des vaccins  ». Voilà quelque-uns des chiffres marquants de la deuxième grande enquête sur le complotisme, un sondage Ifop commandé par la fondation Jean-Jaurès et le site Conspiracy Watch.

Les sondés interrogés en ligne (1 760 personnes, représentatives de la population adulte française) se sont vu proposer dix affirmations complotistes, parmi lesquelles on retrouve aussi un «  assassinat maquillé  » en accident de voiture de Lady Diana, les chemtrails (des trainées blanches dans le ciel qui seraient «  composées de produits chimiques délibérément répandus pour des raisons tenues secrètes  ») ou un mystérieux «  trafic de drogue international en réalité contrôlé par la CIA  ». Ils avaient le choix entre répondre «  tout à fait d’accord  », «  plutôt d’accord  », «  pas vraiment d’accord  » ou «  pas du tout d’accord  ». Par rapport à l’année dernière, la fondation Jean-Jaurès et Conspiracy Watch ont affiné la méthodologie, en laissant aux personnes interrogées la liberté de ne pas se prononcer.

« Le complotisme n’est plus un phénomène marginal »

Un Français sur dix croit à sept de ces théories ou plus (en étant «  tout à fait d’accord  » ou «  plutôt d’accord  »), 21 % d’entre eux adhèrent à cinq théories ou plus, et seuls 35 % ne croient à aucune des dix théories testées dans cette enquête. «  L’année dernière, nous avions fait un constat qui est confirmé avec cette deuxième enquête  », explique Rudy Reichstadt, directeur de Conspiracy Watch. «  Le complotisme n’est plus un phénomène marginal, mais traverse toute la société française. C’est également corroboré par les chercheurs de Cambridge, qui ont fait une grande enquête sur le complotisme international en août 2018 dans huit pays européens et les États-Unis. Leurs résultats sont cohérents avec les nôtres.  »
En ce qui concerne les Illuminati (une théorie née en 1797 avec un livre fantaisiste de John Robinson, Proof of a conspiracy, et aujourd’hui notamment défendue par le site Égalité et Réconciliation d’Alain Soral), ceux qui sont «  tout à fait d’accord  » avec l’idée de l’existence de cette organisation occulte représentent 8 %, alors que seuls 19 % ne sont «  pas du tout d’accord  ». «  C’est un rapport d’un à deux, alors qu’il n’y a aucune preuve de l’existence de cette société secrète  », commente Rudy Reichstadt.
L’étude confirme que l’âge, le niveau de diplôme, le niveau de vie et le sentiment d’avoir réussi sa vie ou non sont des facteurs clés. Les jeunes, les non-diplômés, les Français aux revenus plus modestes et ceux qui ont l’impression d’avoir raté leur vie sont ainsi nettement plus sensibles à la rhétorique complotiste.

 

D’un point de vue politique, on constate une surreprésentation des électeurs du Rassemblement national. 27 % des électeurs de Marine Le Pen (et 23 % de ceux de Nicolas Dupont-Aignan) croient à cinq théories conspirationnistes ou plus, alors qu’ils ne sont que 10 % chez les électeurs d’Emmanuel Macron et 14 % chez ceux de François Fillon. Du côté des électeurs de Jean-Luc Mélenchon, ils sont 33 % à croire en l’idée d’un complot sioniste, contre 22 % dans l’ensemble de la population. Des chiffres en augmentation, car ils n’étaient que 16 % des Français à valider en 2014 l’existence de ce «  complot sioniste à l’échelle mondiale  », selon une enquête sur l’antisémitisme menée par l’Ifop.

 

Autre évolution alarmante : la perception des attentats. Concernant la tuerie de Strasbourg du 11 décembre 2018, les sondés se sont vu proposer trois affirmations. «  Cet attentat a été perpétré par Cherif Chekatt, un sympathisant de l’organisation djihadiste l’État islamiste  » – ce qui jusqu’à nouvel ordre correspond aux faits – a été validé par 65 % d’entre eux. Mais 13 % sont sceptiques, estimant que «  des zones d’ombre subsistent dans cette affaire et il n’est pas vraiment certain que cet attentat a été perpétré par Cherif Chekatt  », tandis que 10 % adhèrent à l’affirmation clairement complotiste selon laquelle «  il s’agit d’une manipulation du gouvernement pour détourner l’attention des Français et créer de l’inquiétude dans la population en plein mouvement des Gilets jaunes  » (12 % ne se sont pas prononcés). Après les attentats de janvier 2015 visant Charlie Hebdo et l’Hyper Cacher, ils n’étaient que 2 % (selon une précédente étude Ifop) à estimer qu’il s’agissait d’une «  manipulation  ».

En ce qui concerne l’attentat du 11 septembre 2001, ils sont 17 % à croire que le gouvernement américain a été impliqué dans sa mise en œuvre (6 % étant «  tout à fait d’accord  »). «  On a l’impression que cette théorie du 11 Septembre a un peu vécu, car elle semble désormais contenue dans l’opinion alors que c’est l’une des théories conspirationnistes les plus connues. En revanche, on n’a pas mesuré à quel point la défiance a été importante autour de l’attentat de Strasbourg  », alerte Rudy Reichstadt.

Quand l’anticomplotisme est un complot

Enfin, l’étude montre à nouveau que le complotisme érode la confiance en la démocratie. 65 % des sondés qui ne croient à aucune théorie conspirationniste proposée estiment qu’il est pour eux personnellement «  très important  » de vivre dans une démocratie, contre seulement 42 % pour ceux qui adhèrent à sept théories ou plus. «  Cela suggère une corrélation entre complotisme et un penchant autoritaire. Adorno parlait déjà de ça dans la Dialectique de la raison il y a soixante-dix ans, ce lien entre paranoïa politique et attachement à une personnalité charismatique et autoritaire  », précise Rudy Reichstadt.

L’année dernière, la première grande enquête de la fondation Jean-Jaurès et Conspiracy Watch avait suscité de vives critiques de la part de médias comme Acrimed ou Marianne. Dans  Le Monde diplomatique, le penseur antilibéral et souverainiste Frédéric Lordon avait fustigé cette «  chasse aux complotistes  », reprenant sa thèse que l’anticomplotisme ne serait qu’un «  complot  » des dominants pour maintenir l’ordre social et disqualifier leurs adversaires politiques…

1 COMMENTAIRE

  1. La manière dont les journalistes rapportent les faits n encourage pas à la confiance. Lorsque vous affirmez que le tueur chekatt a des liens avec la mouvance islamiste, c’est en contradiction avec les faits
    Il était recherché pour agression laissant pour mort un homme à qui il voulaient lui et ses complices voler le fruit d’un gain d’argent. Tous les agents criminels connus depuis khelkal merha kouachi… sont issus du milieu « racaille athee « et vous pointez du doigt les musulmans en permanence, ce qui vous fait apparaitre comme des promotteurs du conflit des civilisations si cher à Huttington. La presse par son comportement à perdu la confiance du peuple.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here