Bernard Jouanneau : un Juste, un Mensch

La Licra est en deuil. Elle a perdu un membre de sa famille. Bernard Jouanneau, notre ami, notre frère s’en est allé.

Arrivé à la Licra à l’invitation de Robert Badinter, dont il fut l’associé, Bernard était l’archétype de l’avocat-militant, celui qui met sa robe et son talent au service d’une cause, la plus belle et la plus noble qui soit : celle de la défense des droits de l’Homme. Qui ne l’a pas entendu plaider ne sait pas ce qu’est une plaidoirie. Qui n’a pas entendu ses « coups de gueule » ne sait pas ce qu’est l’engagement. Défenseur inlassable de la mémoire des génocides, de TOUS les génocides, Bernard incarnait les combats de la Licra, dont il fut vice-Président durant de longues années. J’aurai l’occasion de revenir sur son parcours, sur le modèle qu’il fut pour de nombreux avocats, dont je suis, sur l’exemple qu’il a été et qu’il restera pour nous. Pour l’heure, seule domine notre indicible tristesse. Au nom de la Licra et en mon nom personnel, je veux dire mes pensées fraternelles à son épouse, Christine Courrégé, à ses enfants et aux membres de sa famille. Adieu l’ami, adieu mon frère.

Ses obsèques seront célébrées le 12 juin à 10h30 en la paroisse St-Paul-St-Louis du Marais, 99 rue St-Antoine à Paris, 4ème arrondissement. Merci de vous y rendre nombreux pour un dernier hommage. Conformément à la volonté du défunt, les avocats en robe. 

Alain Jakubowicz, Président de la LICRA