Affaire de Sud-Education 93, présence d’Houria Bouteldja à l’Université de Limoges

Monsieur Jean-Michel BLANQUER
Ministre de l’Education Nationale
Madame Frédérique VIDAL
Ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation

Paris, le 21 novembre 2017

Monsieur le Ministre,
Madame la Ministre,

Une offensive idéologique est actuellement à l’œuvre et vise à fissurer le socle des valeurs fondatrices de la République.

En Seine-Saint-Denis, le syndicat Sud Education propose des formations syndicales en « non mixité » pour dénoncer on ne sait quel « Racisme d’Etat » et répondre à la question « qu’est-ce qu’un élève racisé ? » ou encore inviter les « enseignants blancs » à prendre conscience de leur «postures dominantes».

A l’Université de Limoges, Houria Bouteldja, porte-parole du Parti des Indigènes de la République, est l’invitée d’honneur d’un séminaire d’études décoloniales autour de son livre « Les Blancs, les Juifs et nous », ouvrage trempé dans l’essentialisation, la réhabilitation des races, l’obsession des Juifs et le compagnonnage avec l’islam politique.

Toutes ces initiatives poursuivent les mêmes objectifs : la division de la société en groupes ethnico-religieux, l’affaiblissement de tout ce qui, de près ou de loin, renvoie à notre universalisme et à la laïcité, l’assignation des individus à une identité victimaire.

Nous refusons une République soumise à la découpe des revendications communautaires et de classifications dignes des pires expositions coloniales. Nous refusons que les élèves de nos écoles soient définis et désignés en fonction de critères qui violent notre Constitution et les principes de la République. Nous refusons que l’Université française devienne le jouet du racisme, de l’antisémitisme et de la haine.

Le gouvernement, par votre intermédiaire, a fait savoir hier sur les réseaux sociaux qu’il désapprouvait l’initiative de Seine-Saint-Denis. C’est un premier pas que nous saluons. Nous considérons qu’il y a désormais urgence à prendre la mesure du phénomène et à ce que les pouvoirs publics mettent en œuvre tous les moyens juridiques et politiques contre la dérive identitaire vers laquelle certains veulent conduire notre Ecole et notre Université.

Nous vous prions de croire, Monsieur le Ministre, Madame la Ministre, en l’assurance de notre haute considération.

Mario STASI
Président de la LICRA

Amine EL KHATMI
Président du Printemps Républicain

Patrick KESSEL
Président du Comité Laïcité République

Philippe FOUSSIER
Grand Maître du Grand Orient de France