Partager l'événement Imprimer

11 avril 1945 : Buchenwald libéré

Survivors gaze at photographer Margaret Bourke-White and rescuers from the United States Third Army during the liberation of Buchenwald, April 1945.
En juillet 1937, les premières baraques sont construites  sur la colline de l’Ettersberg près de Weimar, dans le cadre de la création d’un camp de concentration. Les nazis lui donnent le nom de Buchenwald ( « la hêtraie »). Le portail du camp arbore très vite une inscription en fer forgé : « Jedem das Seine » (« À chacun son dû »). Le 10 avril, des avions de reconnaissance américains survolent le camp.
Le 11 avril 1945, l’organisation clandestine du camp parvient à prendre le contrôle de Buchenwald. A 13h, les premiers tanks américains de la 4ème division blindée pénètrent dans la forêt qui jouxte le camp. A 16h, une jeep américaine pénètre dans le camp. 21 000 prisonniers sont sauvés. Entre 1937 et 1945, 250 000 prisonniers politiques, juifs, roms, homosexuels ont été emprisonnés dans ce camp. 56 000 y ont trouvé la mort.
Le camp de Buchenwald se situait à 5 km de la ville de Weimar, symbole de la culture allemande, de Goethe à Schiller en passant par Nietzsche. Dès le 15 avril, le général Patton exige du maire de Weimar qu’il fasse visiter Buchenwald aux habitants de sa ville. Sur place, les équipes du cinéaste John Ford filment la scène de ces habitants qui, huit années durant, ont vécu à 5 km de l’horreur nazie. Eisenhower décida aussi que chaque soldat qui n’était pas dans une unité combattante sur le front devait visiter ce camp en déclarant : « on nous dit que le soldat américain ne sait pas pour quoi il combat. Maintenant, au moins, il saura contre quoi il se bat ».