Répondre aux théories du complot 

TEMPL__TableRondeCongresTheoriesComplot-974x273A l’occasion du 48ème Congrès de la LICRA, le Cercle de la LICRA a organisé une table-ronde sur le thème « répondre aux théories du complot » autour de Rudy Reichstadt, membre de l’Observatoire des radicalités politiques de la Fondation Jean-Jaurès, auteur de la note «Conspirationnisme : un état des lieux » (Ed. Fondation Jean-Jaurès, mars 2015) et Sophie Mazet, professeure agrégée d’anglais, auteure du « Manuel d’autodéfense intellectuelle » (Ed.Robert Laffont, septembre 2015).

Dans la période de tensions et de crises que nous traversons, l’écosystème conspirationniste est prospère et très réactif, à telle enseigne que dès les premières minutes qui ont suivi les attentats de Charlie Hebdo en janvier 2015 ou ceux du 13 novembre à Paris, des textes conspirationnistes ont été publiés sur les réseaux sociaux.

Evidemment, le complotisme n’est pas une donnée nouvelle. Comme l’a rappelé Rudy Reichstadt, il se trouvait déjà des esprits paranoïaques capables d’expliquer que la Guerre de Sécession était un complot des philatélistes qui voyaient dans la multiplication des Etats une multiplication des timbres. Aujourd’hui, les théories du complot ont changé d’échelle et l’arrivée d’Internet leur a ouvert un nouveau champ de prolifération difficilement maîtrisable et souvent sans crainte de contradictions impossibles.

Sophie Mazet a souligné cette fragilité liée au numérique. Une étude montrait récemment que les réseaux sociaux constituaient la première source d’information des jeunes, suivis de près par les chaînes d’information en continu.

Face à cette menace complotiste, qui désigne toujours les mêmes responsables (les juifs, les francs-maçons …), quelle solution apporter à un public sensible aux sirènes de ces « marchands de doute » ? L’exemple donné par Sophie Mazet est assez signifiant et probant : organiser avec ses élèves des ateliers pour déconstruire les fantasmes. Il s’agit pour elle de redonner à ces jeunes le sens d’un usage raisonné des choses en leur demandant de rédiger leur propre complot et ainsi leur montrer l’aporie dans laquelle les placent les théories conspirationnistes.