50ème Convention de la Licra à Strasbourg : Mobilisation, valeurs, unité

Pour la 50ème fois depuis 1927, la Ligue Internationale contre le Racisme et l’Antisémitisme s’est réunie en Convention du 24 au 26 mars 2017 à Strasbourg.

Cette rencontre a permis de lancer la mobilisation citoyenne à la veille des élections : la LICRA proposera une Charte Antiraciste à tous les candidats aux élections présidentielles et législatives de 2017.

Cette convention a également mis à l’honneur des hommes et des femmes engagés contre la haine : Cédric Herrou, qui consacre son énergie au sauvetage des réfugiés à la frontière entre la France et l’Italie et Catherine Trautmann, militante antiraciste résolue.

« Notre 50ème Convention vient de s’achever. Durant trois jours, nos rencontres, nos échanges, nos débats ont permis de conforter notre unité et affirmer notre détermination.

Au nom du Bureau exécutif, je tiens à remercier celles et ceux, nombreux, qui ont participé à nos travaux, venus de toute la France, et dire à nos amis de Strasbourg ma gratitude pour la qualité de leur accueil et de l’organisation de cet événement.

Trois enseignements peuvent être tirés de cette Convention.

Le premier, c’est la force de notre unité, comme en témoigne le vote quasi unanime des résolutions de notre Assemblée Générale. Les enjeux auxquels nous sommes confrontés sont trop importants pour nous risquer à nous éloigner de l’essentiel. En contemplant notre belle assemblée et en vous écoutant, je songeais à ces vers d’Aragon dans La Rose et le Réséda : « Quand les blés sont sous la grêle. Fou qui fait le délicat. Fou qui songe à ses querelles ». C’est pour moi un motif de fierté pour lequel je tiens à vous remercier.

Le second, c’est la fidélité à notre histoire. Le combat antiraciste ne peut être gagné qu’en gardant en permanence chevillées aux corps nos valeurs fondatrices. Bernard Lecache disait de l’antiracisme qu’il était « une école du courage ». C’est plus vrai que jamais. En récompensant Cédric Herrou pour son engagement aux côtés des réfugiés, nous avons témoigné de la continuité et de la profondeur de nos engagements. En mettant à l’honneur Catherine Trautmann, nous avons affirmé que rien ne remplace les convictions et l’action face aux dangers qui nous menacent.

Le troisième, c’est que la LICRA est en ordre de bataille à la veille d’échéances électorales dont il faut tout craindre. Nous ne devons laisser aucun répit aux adversaires de la République. Après, il sera trop tard.

A ceux qui doutent, à ceux qui ont renoncé, à ceux qui s’abstiennent, à ceux qui sont aujourd’hui résignés, il nous appartient de dire qu’une victoire de l’extrême-droite mettrait notre pays sur les chemins du reniement, de la régression et de la division et de la haine.

Il nous appartient de montrer son véritable visage et la filiation politique dans laquelle elle s’inscrit toujours, sans avoir jamais rien renié de son passé. Il nous appartient de demander à chaque candidat de dire s’il est, ou non, un antiraciste déclaré.

C’est le sens de la Charte que nous soumettrons à tous les candidats à la Présidence de la République comme à l’Assemblée Nationale, dont vous pouvez consulter le texte à l’adresse pourlarepublique.fr/lacharte .

Cette Convention nous a permis de nous ressourcer, de trouver la force de nos justes combats et de dire fièrement : « Nous sommes la France ! ». A nous de renvoyer « l’Anti-France » extrémiste dans les oubliettes de notre Histoire.

Fidèlement,

Alain Jakubowicz
Président de la LICRA

Découvrez ou redécouvrez les moments marquants de l’événement en vidéos.