Robert Ménard : l’anti-France

Robert Ménard a un sixième sens : il sait reconnaître les musulmans. Pour le maire de Béziers, être musulman, ce n’est pas compliqué : « ça se voit »! A Vichy, entre 1940 et 1944, on pensait aussi qu’être juif, ça se voyait. On attend désormais de Robert Ménard qu’il assume pleinement sa filiation pétainiste en proposant à chaque biterrois de savoir comment reconnaître lui-aussi les fidèles de Mahomet. Il pourrait organiser des expositions dans les MJC de sa ville pour donner le mode d’emploi. Il a bien dû conserver des exemplaires du catalogue de l’exposition « Le Juif et la France ». Il aura juste à l’adapter. Pour les moins physionomistes, Robert Ménard pourrait les aider en permettant de faire baisser les pantalons des enfants à l’entrée des écoles communales, histoire de n’en louper aucun. Le Haut-commissariat aux questions juives savait faire ça très bien. Pour être sûr que les musulmans sont bien identifiés dans la ville, le maire pourrait prendre un arrêté permettant de peindre les vitrines de leurs magasins et les portes de leurs appartements. Et pour rendre ça ludique, il pourrait lancer une application : après le Pokémon Go, le Musulman-Go. C’est bien simple, si l’ignominie se mesurait, Ménard serait mètre-étalon.

Mais au fait, à quoi bon savoir reconnaître les musulmans ? Et bien, Robert Ménard a la réponse : il s’agit de savoir qui est Français et qui ne l’est pas. Pour lui, être Français, ce n’est pas seulement être citoyen français mais, c’est « aussi être européen, blanc et catholique ». En vertu de ses théories raciales, exit donc les musulmans mais aussi, profitons-en, les juifs, les ultramarins, les protestants et les asiatiques qui hier dans Paris défilaient tous un drapeau tricolore à la main. Quant aux franc-maçons et aux homosexuels, personne ne doute que dans l’esprit du maire de Béziers, ils font aussi partie de la charrette. Pour lui, le registre d’état-civil redevient le registre de baptême, comme avant la Révolution. Et ne doutons pas que la loi de 1905 devra s’appliquer rigoureusement aux musulmans mais pas aux catholiques qui bénéficient d’une exemption naturelle. C’est vrai, tout de même, la France est fille aînée de l’Eglise. 

La France de Ménard est un vrai cauchemar. C’est une France à couleur unique, à religion unique, à pensée unique et à la fin à parti unique. C’est une France qui piétine chaque matin nos valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité. C’est une France qui aime la haine et exècre tout ce qui n’est pas blanc et catholique. C’est une France qui vomit les Lumières, l’universalisme et la République. C’est une France contre-révolutionnaire pétainiste qui fantasme un pays qui n’a jamais existé et qui n’existera « Dieu soit loué » – jamais. La France de Ménard, c’est l’anti-France tout simplement parce que c’est la négation de la France. 

Publié sur le blog d’Alain Jakubowicz