Simone Veil, femme de combats

Jean Pierre-Bloch et Simone Veil en 1977 lors d’une manifestation de soutien aux Juifs d’URSS

Simone Veil nous a quittés. La France perd une combattante inlassable de la défense des droits humains et une ardente militante de la cause des femmes.

La vie de Simone Veil épouse celle de notre pays. Victime des persécutions antisémites du Régime de Vichy, déportée par les Nazis à l’âge de 16 ans après son arrestation par les SS le 30 mars 1944, Simone Veil a longtemps gardé pour elle-même et pour ses deux soeurs, elles-aussi rescapées des camps de la mort, le récit indicible de cette traversée des ténèbres. Après cette épreuve, l’histoire de Simone Veil est celle d’un retour à la vie duquel naîtront un optimisme et une volonté qu’elle consacrera, son existence durant, au service de la justice et des valeurs de la République.

Simone Veil demeurera aussi dans l’Histoire comme celle qui a libéré le corps des femmes du poids séculaire de l’obscurantisme en légalisant le droit à l’avortement. Femme de courage et de progrès, son engagement lui valut d’être la cible, jusqu’à aujourd’hui encore, de la haine antisémite et antiféministe de l’extrême-droite.

Première femme Présidente du Parlement européen, à plusieurs reprises Ministre d’Etat, Simone Veil a su incarner la fonction politique avec une dignité et une responsabilité qui font d’elle un modèle de morale et d’éthique dans l’exercice des charges publiques.

Simone Veil, c’était enfin un regard intense, profond et humain, animé par un élan fraternel qui durant toute sa vie lui a donné l’énergie et la force d’être utile à l’humanité tout entière. Membre du comité d’honneur de la LICRA depuis 1981, Simone Veil demeurera pour nos militants un exemple et une source d’inspiration

La LICRA souhaite témoigner à sa famille et à ses proches sa sympathie et son amitié dans l’épreuve qu’ils traversent aujourd’hui.

26 novembre 1974

Simone Veil défend la loi dépénalisant l’interruption volontaire de grossesse
« Aucune femme ne recours de gaieté de coeur à l’avortement »

 

2 septembre 1976

Simone Veil évoque sa déportation et celle de sa famille
« C’est très frappant de voir que la résistance des femmes dans une situation comme ça a été souvent plus grande que celle des hommes »

 

6 mars 1979

Simone Veil et la mémoire de la Shoah
« Nous n’avons pas de rancune. Pas de haine. Le désir d’épargner à nos enfants que puisse recommencer un tel holocauste »

 

8 juin 1979

Simone Veil face au Front National
« Vous ne me faites pas peur. J’ai connu bien pire que vous. Vous êtes des SS aux petits pieds ! »

 

18 juillet 1979

Simone Veil devient la première présidente du Parlement européen élu au suffrage universel
« La paix, la liberté et le bien-être »

 

17 janvier 1980

Construire une Europe de la réconciliation
« Si nos parents s’étaient efforcés de construire l’Europe, nous n’aurions pas vécu ce que nous avons vécu »

 

18 juin 1988

Simone Veil évoque l’antisémitisme
« Tu es juive. Ta mère brûlera en enfer »

 

18 janvier 2007

Hommage national aux Justes de France
« Il y a eu la France de Vichy, responsable de la déportation des Juifs de France. Mais il y a eu aussi tous les hommes, toutes les femmes, grâce auxquels les trois quarts des juifs de notre pays ont échappé à la traque »