Hommage à Charles Libman (1924-2018)

0

Né en 1924, Charles Libman a occupé au sein du barreau de Paris un rôle de premier plan.

Alors que les lois anti-juives édictées par le régime de Vichy commencent à produire leurs effets, il persuade son père de quitter la capitale avec sa famille pour gagner Toulouse où il obtient son baccalauréat. En septembre 1942, il s’inscrit à la Faculté de Droit de Toulouse : considéré par Vichy comme “Juif méritant” en raison des états de service militaires de son père et de ses frères et alors que des quotas de “Juifs” limitaient leur accès à l’Université.

Alors que les Allemands entrent dans la ville rose en novembre 1942, il quitte Toulouse pour le Tarn où une secrétaire de mairie lui établit de faux papiers au nom de “Charles Laborde, représentant de commerce”. Il poursuit ses études à distance et s’engage au sein du groupe “Vendôme” et aide à transporter des armes parachutées de Londres. Entre Gaillac et Toulouse, il transporte quotidiennement les messages de la Résistance. A la Libération de Paris, il s’inscrit à la Sorbonne pour devenir avocat en même temps qu’il travaille au parquet de la Seine à des tâches administratives. Reçu au CAPA, il entre au cabinet de Me René Floriot en 1945.

Au cours d’une carrière engagée, il a notamment défendu près de 60 parties civiles aux côtés de Me Serge Klarsfeld lors du procès Barbie en 1987. Il fut également avocat des parties civiles contre Jean Leguay, René Bousquet, Alois Brunner, Maurice Papon. Membre du comité d’honneur de l’Association contre la peine de mort, vice-président de l’association nationale pour l’étude de l’avortement (ANEA) dont les travaux ont préfiguré la loi Veil, membre du comité directeur de la LICRA à compter de 1981, il sera candidat – malheureux – à la présidence de notre association en 1992. Dans sa profession de foi, il écrivait en conclusion : “C’est parce que la LICRA refuse tous les opportunismes qu’elle poursuivra son combat alors même que d’autres auront succombé aux idéologies de circonstances.”

Le 19 juin 2012, l’ordre des avocats de Paris lui a rendu hommage. Une cérémonie en son honneur s’est tenue à la Bibliothèque de l’Ordre, en présence de M. Eric de Rothschild, président du Mémorial de la Shoah. Plusieurs hauts magistrats ainsi que M. Dominique Baudis, Défenseur des Droits, étaient présents. À cette occasion, Me Libman a remis à l’Ordre des avocats l’exemplaire original de la liste nominative des étudiants juifs admis en faculté de droit à Toulouse à la rentrée 1942, en vertu du « numerus clausus » institué par le régime de Vichy. Retrouvez les moments forts de cette cérémonie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here