La Charte Antiraciste de la LICRA

Cette campagne électorale a perdu la raison.

Ça suffit !  Notre pays mérite mieux que l’hystérie à laquelle certains veulent le conduire. Si nous ne mettons pas un coup d’arrêt à cette surenchère populiste, cette élection verra le triomphe des idées de Marine Le Pen et de ses amis. Cette éventualité ouvrirait une période d’affrontements où tous ceux qui ont des comptes à régler avec la République assouviront leur esprit de revanche au préjudice de leurs boucs-émissaires historiques : les juifs, les noirs, les arabes, les étrangers, les homosexuels, les francs-maçons.

Comme elle l’a fait en 1934 en s’engageant dans la coordination antifasciste, comme elle l’a fait 1936 en exigeant des candidats aux législatives « le respect de l’égalité des droits entre les races de tous pays », comme elle l’a fait aussi en 1951 et en 1956 en appelant à « voter pour des antiracistes déclarés », la LICRA, en 2017, appelle les candidats aux élections à la raison et à l’éthique et leur demande de s’engager à défendre publiquement et sur l’honneur les valeurs antiracistes.  Les noms des signataires de cette Charte Antiraciste seront rendus publics sur le site pourlarepublique.fr

Charte Antiraciste des candidats aux élections présidentielles et législatives

« La meilleure façon de servir la République est de redonner force et tenue au langage »

Résolument attaché aux valeurs de la République, je, soussigné …, candidat à la Présidence de la République / aux élections législatives dans la … ème circonscription du … , m’engage solennellement à adhérer aux principes défendus dans la présente charte antiraciste : 

Préambule

L’expression du racisme, de l’antisémitisme, de la xénophobie et de l’homophobie s’est libérée dans notre pays. Le rejet de l’autre se banalise sous l’effet de mots qui hystérisent l’opinion publique. Chaque fait divers devient le prétexte à la normalisation de la haine. Les extrémistes de tous bords, et notamment le Front National, en sont les premiers responsables et les premiers bénéficiaires. Ils instrumentalisent la campagne électorale pour désigner des boucs-émissaires, propager des stéréotypes, agiter les peurs, réveiller les pires fantasmes et appeler à la discrimination et à la haine. Tout ceci concourt à diviser les Français, à les dresser les uns contre les autres et à fracturer l’unité nationale. Tout commence par des mots et se termine dans l’affrontement et la violence.

A l’heure où s’ouvre la campagne électorale, un sursaut républicain s’impose.

Il est urgent de redonner à la parole publique force, tenue, dignité et éthique. La France est fille des Lumières. Elle a proclamé l’universalité des Droits de l’Homme et du Citoyen et forgé la devise « Liberté, Égalité, Fraternité ». Les représentants de la Nation sont garants de cet héritage.

Les Français vont élire leur Président et leur Assemblée nationale. Les candidats à ces élections ont une responsabilité particulière lorsqu’ils s’expriment : celle d’incarner pleinement les valeurs de la République au-delà de leur appartenance politique et de combattre, sans faiblesse, sans complaisance et sans ambiguïté, la prolifération des extrémismes.

Engagements solennels :

Article 1. Au cours de la campagne électorale, dans le cadre d’un débat public libre et démocratique, je veillerai à m’exprimer avec le souci permanent de l’éthique républicaine, de la cohésion nationale et de la paix civile, en rejetant toute forme de racisme, d’antisémitisme, de xénophobie et d’homophobie.

Article 2. Je m’engage à combattre et à faire battre, dans les urnes, tous ceux qui auront eu une expression publique marquée par le racisme, l’antisémitisme, la xénophobie ou l’homophobie.

Fait à … , le …

 

Lu et approuvé,

Nom Prénom Signature »