Actualités Mémoire & Histoire 1 jour, 1 combat : 2 avril 2009 - Le nouvel antisémitisme...

1 jour, 1 combat : 2 avril 2009 – Le nouvel antisémitisme à la barre

1 jour, 1 combat : La chronique antiraciste

Le 2 avril 2009, Zeynel Cekici comparait au tribunal correctionnel de Mulhouse pour incitation à la haine raciale, diffamation raciale et contestation de crime contre l’Humanité après la mise en ligne de textes sur le « lobby sioniste » sur le site internet Alter info. L’association « J’accuse », La LICRA, représentée par Me Rodolphe Cahn et l’Union des Étudiants Juifs de France, représentée par Me Stéphane Lilti, sont parties civiles. Se présentant comme un site d’information en ligne de type « agence de presse associative » en dépit de toute reconnaissance par la Commission Paritaire des Publications et Agences de Presse, Zeynel Cekici revendique à l’époque une centaine de contributeurs sur son site. Les textes qui lui valent ce procès et qu’il a mis en ligne visent « la conspiration juive » liée à « l’impérialisme britannique » et ayant pour but « d’accaparer la richesse du monde et prendre le gouvernement du monde entier ». Dans un autre article, il était également affirmé que « l’Holocauste peut avoir été un habillage du vrai caractère de la Seconde guerre mondiale, qui était une attaque par une secte satanique hérétique juive (les banquiers) contre les chrétiens blancs en général ». Des propos qu’on avait plutôt l’habitude de lire dans les colonnes des journaux d’extrême-droite ou la logorrhée de Robert Faurisson.

À la barre, Cekici tente une parade, n’assume pas le caractère antisémite de cette publication et brandit un nouvel argument : « On veut nous faire passer pour des antisémites alors que nous sommes simplement antisionistes ». L’argument est devenu commode pour les antisémites que de s’abriter derrière la critique de l’Etat d’Israël pour diffuser leur idéologie. Sur les parvis du tribunal, Cekici ne masque pas son obsession complotiste à l’égard des juifs : « chaque fois qu’on essaie de comprendre une situation ou un événement, on gratte un peu le vernis et on retrouve l’idéologie sioniste derrière. Est-ce que c’est ma faute ? Je veux savoir pourquoi le lobby sioniste en France est aussi puissant ». L’antisémite ne dit plus « juif », mais « sioniste », pensant se placer à l’abri des poursuites. C’est la même technique qui prévaut aujourd’hui quand un gilet jaune, croisant le philosophe Alain Finkielkraut, le traite de « sale sioniste » avant de l’inviter à « rentrer dans son pays ».

Pour soutenir l’accusé, la fine fleure de l’islamisme a fait le déplacement en Alsace : Abdelhakim Sefrioui du collectif Cheikh Yassine, antenne du Hamas, organisation terroriste, et le Centre Zahra, officine du régime iranien qui, depuis 2006, organise des concours de dessins négationnistes.

Le tribunal fera litière des arguties de Cekici et le condamnera à 4 mois de prison avec sursis, décision confirmée par un arrêt de la Cour d’Appel de Colmar du 18 décembre 2009. Cette décision marque une étape importante dans le combat contre un antisémitisme qui s’exprime désormais sous une nouvelle forme, celle de l’antisionisme et sous de nouveaux drapeaux, ceux de l’islamisme.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire apparaîtra après modération. Veillez à respecter la législation française en vigueur.

Please enter your comment!
Please enter your name here

Suivez-nous

117,127AbonnésJ'aime
1,268AbonnésSuivre
28,156AbonnésSuivre

Newsletter