Actualités Société La France entre en résilience

La France entre en résilience

Par Mario Stasi, Président de la Licra.

Nous vivons des moments d’une particulière gravité et une dramatique offensive est à l’oeuvre contre la République, nos valeurs, notre mode de vie, notre régime de liberté.

L’écho des attentats terroristes islamistes qui viennent de nous frapper, à plusieurs reprises en quelques jours seulement, est amplifié par une situation sanitaire qui, derechef, nous confine, réduit nos libertés et abolit une très grande part de notre vie sociale. Nous sommes dans l’épreuve et tourmentés par l’émotion, traqués par la peur. 

À chaque épreuve, après chaque attentat, après chaque drame, nous pleurons nos morts, nous observons le silence, nous manifestons dans les rues, nous vibrons de tribunes plus belles les unes que les autres. Aujourd’hui, nous larmes sont asséchées, nous sommes épuisés de nous recueillir, nos jambes sont lassées de leur fréquentation du pavé, nos plumes sont asséchées et les mots nous manquent et nous n’avons plus, pour reprendre le vers célèbre de René Char, que « nos armes de douleur » pour affronter les épreuves. 

Ce soir, il n’y a pas d’autre voie que celle de l’entrée en résilience, par l’action résolue pour désarmer les islamistes et de mener un combat total contre lui. La LICRA demande des mesures d’urgence et immédiates dans trois domaines. 

Les délits qui répriment la manifestation publique de la haine à divers titres sont paralysés par le dispositif de la loi sur la liberté de la presse du 29 juillet 1881. La répression des délits dits « racistes » est aujourd’hui  inadaptée au contexte qui nous préoccupe et ceux qui invitent à la destruction de l’autre, à des degrés divers, sont presque inaccessibles à la sanction pénale et jamais, en dépit des horreurs que nous signalons, des peines dissuasives ne sont prononcé par les magistrats. Le moment est venu, comme cela a été fait pour l’apologie du terrorisme, d’inscrire ces délits dans le code pénal en sorte que celui qui tweete sa haine le dimanche soit placé en garde à vue le lundi et renvoyé, le cas échéant, en comparution immédiate, le mardi pour être condamné. 

Le corolaire de cette réforme, c’est la régulation des réseaux sociaux : ils ont été détournés de leur but initial et ont servi de caisse de résonance à l’islamisme pour retourner les consciences en forgeant des délinquants anonymes et en permettant l’hypervisiblité de la haine raciste, antisémite, homophobe. Il est temps de rendre chaque usager des réseaux sociaux accessible à la sanction pénale par la levée de son anonymat. Il est temps d’imposer aux hébergeurs les contraintes de nos lois souveraines et démocratiques pour supprimer les contenus manifestement illicites, de fermer les comptes qui violent nos principes et qui vont, comme on l’a vu récemment, jusqu’à désigner à la vindicte des individus promis de ce fait à une mort certaine. 

La troisième exigence, vitale, sera de faire des républicains par l’éducation et répondre au doute et à la perte des repères  qui ont  envahi une partie de notre jeunesse. Il y urgence à redéfinir le lien qui unit chacun d’entre nous au système de valeurs que nos prédécesseurs ont mis tant de temps à bâtir. Il nous faut réinventer notre tradition républicaine pour qu’elle suscite de nouveau l’adhésion et non pas la défiance. De la maternelle à l’université, notre système de formation doit servir de creuset citoyen où sont forgées des consciences ciselées par la raison, pour que grandissent et s’épanouissent des hommes et des femmes libres. C’est par ce combat inlassable pour une éducation éclairée et exigeante que nous garderons l’espoir de réduire les extrémismes au néant dont ils n’auraient jamais dû sortir. 

Si ces mesures ne sont pas prises, si nous ne prenons pas le risque de l’exigence, l’audace et du courage, si nous n’assumons pas de nous battre face à ceux qui, à divers degrés et sous diverses formes, alimentent cette offensive contre la République, alors nous serons condamnés à errer dans une citadelle assiégée par la peur et à regarder l’extrême-droite ramasser le pouvoir, exauçant les rêves d’affrontement évidemment nourris par les islamistes. 

Agissons ensemble !

3 Commentaires

  1. Bonjour Licra de Paris , Monsieur le président Stasi ,
    j’ai trouvé les idées bien présentées et présentables donc , l’action est plus dangereuse que le laisser -faire , c’est sûr , mais parfois quelques bons slogans nous aident à sortir de la jungle …
    le danger peut aussi venir des censures de l’information et des livres non diffusés .
    restons vigilants donc .
    merci pour votre soutien , une adhérente de Paris XIII.

  2. En premier lieu, il faut permettre a notre systeme judiciaire d’être correctement outillé pour lutter contre les appels à la haine qui entretiennent les clivages et tensions au sein de notre société.
    Parallèlement, l’éducation des consciences aux valeurs humanistes devra être menée sans sourciller et il s’agira sans aucun doute d’un véritable challenge pour notre société pour les décennies à venir.

  3. Cela fait 20 ans que nous répėtons cela en ayant le sentiment de prêcher dans le désert, 30 ans que nos politiques sourds et aveugles refusent de voir la réalité et plongent leurs têtes dans le sable du padamalgam et du pas de vagues. Décideront ils de faire ce que vous préconisez et qui est frappé au coin du bon sens ? Espérons.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire apparaîtra après modération. Veillez à respecter la législation française en vigueur.

Please enter your comment!
Please enter your name here

Suivez-nous

118,000AbonnésJ'aime
2,000AbonnésSuivre
33,800AbonnésSuivre

Rejoignez-nous

Agissez avec nous

Newsletter