Actualités Justice Racisme dans la police : la LICRA saisit la justice

Racisme dans la police : la LICRA saisit la justice

Dans la nuit du 25 au 26 avril, des policiers procèdent à une interpellation à l’Ile-Saint-Denis (93). L’intervention, filmée par des tiers, est rapidement diffusée sur les réseaux sociaux.

On peut entendre très distinctement les policiers d’Asnières qui, ayant récupéré dans la Seine l’individu qu’ils recherchaient après une suspicion de cambriolage, lui déclarent : « Il sait pas nager, un bicot ça nage pas ». Un rire éclate tandis puis qu’un autre réplique : « Ça coule, tu aurais dû lui accrocher un boulet au pied. ». Le Parisien indique par ailleurs que « l’homme interpellé, dont on n’aperçoit que la silhouette, disparaît ensuite derrière un fourgon de police, encadré par plusieurs policiers. On peut supposer, au bruit des portières, qu’il monte à l’intérieur. Puis on entend des cris apeurés, des bruits sourds, ainsi que les rires des policiers. Selon nos informations, l’homme interpellé est un sans-papiers qui serait de nationalité égyptienne. Auditionné après qu’un médecin a jugé compatible son état de santé avec une garde à vue, il a été libéré dans la journée avec une obligation de quitter le territoire français (OQTF) ».

La LICRA a immédiatement réagi sur les réseaux sociaux pour demander que toute la lumière soit faite sur ces faits graves. La garantie des droits de l’homme et du citoyen nécessite une force publique : cette force est donc instituée pour l’avantage de tous, et non pour l’utilité particulière de ceux auxquels elle est confiée. » (Article 12 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789). Les faits qui sont relatés à l’Ile-Saint-Denis sont graves et, indépendamment du délit reproché au mis en cause, rien, absolument rien ne justifie qu’un policier de la République l’invective par des propos outranciers et ouvertement racistes.

La situation exige une enquête, des poursuites, immédiates. Une police qui se respecte est une police qui respecte, en toutes occasions, en toutes circonstances. Il n’existe aucune excuse à ce type de comportement qui outrage les valeurs de la République comme la déontologie des forces de l’ordre. Le racisme est incompatible avec l’exercice d’une mission de service public, qui plus est dans le cas de fonctionnaires de police dont l’exemplarité doit être absolue. Le préfet Lallement à suspendu les policiers dans l’attente des conclusions de l’Inspection générale de la Police Nationale. Le Parquet a ouvert une enquête préliminaire. La LICRA a saisi la justice et réitère auprès du Ministre de l’Intérieur sa volonté de voir la formation déontologique des forces de l’ordre pleinement intégrer les exigences fondamentales en matière de lutte contre le racisme.

3 Commentaires

  1. Il y’a eu pleins d’affaires de la sorte depuis le début du confinement. Il y’a ce que l’on sait mais il y’a aussi ce que l’on ne sait pas. On peut dire aussi qu’il y’a eu malheureusement beaucoup trop de bavures notamment à l’encontre des jeunes issus des quartiers populaires mais pas seulement. Souvenez vous de ces juifs qui ont été bousculé par la police au début du confinement à l’aéroport de Roissy. Du jamais vu depuis les années 50. Sans oublier ces hélicoptères qui tournent au-dessus des grands-ensembles Parisiens. Il n’y a pas que la LICRA qu’il faut saisir mais aussi la cour Européenne des droits de l’homme, les Nations unies, et l’ONU !

  2. Le premier problème est que l’IGPN ne peut être totalement neutre et objective, même si je
    crois qu’une grande majorité de ses membres sait rester raisonnable, malgré ce à quoi elle
    est confrontée. Hélas, il y a des cas qui ont du mal à le permettre, même si cela n’excuse rien.
    Et c’est là que le bât blesse, car les fauteurs sont rarement sanctionnés, ou trop légèrement.
    J’ai bientôt 85 ans et jamais je n’ai eu de problème avec la Justice ou les garants de la Loi!
    Cela vient de mon éducation et de mon respect positif des autres. MERCI à mes Parents.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire apparaîtra après modération. Veillez à respecter la législation française en vigueur.

Please enter your comment!
Please enter your name here

Suivez-nous

117,151AbonnésJ'aime
1,268AbonnésSuivre
30,461AbonnésSuivre

Newsletter