25 avril 2017 : Robert Ménard condamné

Le maire « Bleu Marine » de Béziers a été condamné à deux reprises à 2000 euros d’amende le 25 avril pour provocation à la haine envers les musulmans. La première condamnation est liée à un tweet en date du 1er septembre 2016 dans lequel il avait déclaré : « #rentréedesclasses: la preuve la plus éclatante du #GrandRemplacement en cours.

Il suffit de regarder d’anciennes photos de classe ». La seconde condamnation vise les propos qu’il a tenus sur LCI le 5 septembre 2017 : « Dans une classe de centre-ville de chez moi, 91 % d’enfants musulmans. Évidemment que c’est un problème ».

Robert Ménard est coutumier des provocations et des dérapages. La crise des réfugiés lui donna ainsi l’occasion de contester l’implantation d’un centre d’accueil dans sa commune, de publier des affiches anti-migrants ou de proposer un référendum sur cette question avant que la justice, saisie par la Préfet, ne pronconce l’illégalité d’une telle démarche.

Le tribunal a considéré que l’infraction commise par Robert Ménard présente « d’une gravité incontestable, d’autant plus condamnable que les publications concernées instrumentalisent à la fois des enfants et l’école de la République et sont le fait d’un élu de la République ».

La LICRA, partie civile à ce procès, était représentée par Maîtres Mathieu Riberolles et Romain Boulet. Robert Ménard a indiqué faire appel de cette décision.