La stratégie électorale du Front National

Volle Konferenz Halle bei einer Besprechung

On parle beaucoup de la stratégie de dédiabolisation du Front National. Mais une autre opération est à l’œuvre ? Etudiants, enseignants, policiers, personnel hospitalier, communauté juive : le Front National a lancé une opération séduction pour conquérir de nouveaux électorats dans la perspective de 2017 et étendre sa base électorale dans le pays.

Le prosélytisme du Front National est en plein développement. Dans tous les secteurs, le parti d’extrême-droite cherche à se consolider, au-delà de son électorat populaire traditionnel.

D’un côté, une stratégie des élites évidentes. A Sciences-Po Paris, pour la première fois depuis très longtemps, le Front National a recueilli suffisamment d’adhérents pour rejoindre le cercle très fermé des associations reconnues par l’établissement et créer, avec un goût certain pour la provocation, une section portant le nom de Jean Moulin. Dans le domaine de la culture, le Front National a lancé il y a un an un collectif « Culture, Libertés et Création ». Du côté des entreprises, le FN a lancé le collectif Audace et les élus du parti ne ratent désormais plus aucun salon de la CGPME.

Même la communauté juive est devenue un objet d’intérêt électoral pour le Front National. Michel Thooris, ancien conseiller de Marine Le Pen, s’apprête à créer une association spécifique, en direction des Juifs de France : « On a pour objectif de tordre le cou à cette idée selon laquelle le FN ne défendrait pas la communauté juive.(…) Beaucoup de Français juifs recherchent des solutions politiques alternatives. »

La fonction publique fait quant à elle l’objet de toutes les attentions de Marine Le Pen. Terminées les invectives de Papa qui qualifiait les enseignants de « professeurs crassouillards ». Le FN s’est désormais doté d’un réseau dédié, le collectif « Racine » et qui regroupe plus d’un millier de professeurs. Si l’on en croit les dernières études du CEVIPOF publiées à la faveur des dernières élections régionales, le FN a quasiment doublé son score au sein de l’Education Nationale depuis 2012.

Dans la police et l’armée, le cap des 50% d’électeurs du Front National a été franchi en décembre dernier et l’excellent accueil qui fut réservé à Gilbert Collard et Marion Maréchal Le Pen lors d’une récente manifestation de soutien aux policiers agressés témoigne de ce qui se passe.

A l’Hôpital enfin, la stratégie du FN est explicite. Dans un climat de difficultés budgétaires évident et de rationalisation de la carte hospitalière, Marine Le Pen ne manque pas une occasion de saluer le travail des infirmier(e)s, des aides-soignant(e)s et de tenir un discours tout sauf comptable. Là encore, la progression du vote FN, dans un milieu hospitalier où la laïcité est devenue une difficulté quotidienne, est réelle.

Comme toujours, le Front National vit de la crise. Les policiers, les militaires, les personnels hospitaliers sont en première ligne des difficultés traversées par notre pays. Marine Le Pen l’a bien compris et en recueille les fruits dans les urnes.