ActualitésMémoire & Histoire1 jour, 1 combat : 17 avril 1933 : James Franck, un...

1 jour, 1 combat : 17 avril 1933 : James Franck, un Prix Nobel contre Hitler

Le 17 avril 1933, James Franck, professeur de physique à Göttingen, publie une lettre ouverte officiellement adressée au recteur de son Université : « J’ai demandé au Ministère de me libérer de mes fonctions. J’essaierai de poursuivre mes recherches scientifiques en Allemagne. Nous, Allemands d’origine juive, sommes traités comme des ennemis de la patrie. On exige que nos enfants grandissent sachant que jamais ils ne seront Allemands. Il sera permis aux anciens combattants de continuer à servir l’État. Je refuse de bénéficier de cette faveur, bien que j’aie de la compréhension pour le point de vue de ceux qui estiment de leur devoir de persévérer dans leurs tâches ».
James Franck n’est pas un inconnu en Allemagne. Physicien de renommée internationale, il a co-obtenu avec Gustav Hertz le prix Nobel de physique de 1925 pour « leur découverte des lois régissant la collision d’un électron sur un atome ». Sa lettre interveint dans un contexte particulier. Le 30 janvier 1933, Hitler a été appelé par le Président Hindenburg à devenir Chancelier du Reich. Avec les deux autres nazis du gouvernement, Frick et et Göring, il se lance alors dans une politique de révocation dans la fonction publique allemande à la faveur d’une épuration sauvage et sans aucune base « légale ».

Le 7 avril 1933, les nazis parviennent à leur fin avec la promulgation de la « loi sur la restauration de la fonction publique » dont les objectifs ne sont pas dissimulés : « (…) dans le souci de restructurer la fonction publique sur des bases nationales et de simplifier son administration, les fonctionnaires peuvent être révoqués en vertu des dispositions suivantes, quand bien même les conditions nécessaires à leur révocation définies par le droit en vigueur ne seraient pas remplies : les fonctionnaires entrés en service après le 9 novembre 1918 et qui ne possèdent pas le diplôme ou les compétences requises ou usuelles, les fonctionnaires qui ne sont pas d’ascendance aryenne y compris les fonctionnaires honoraires, les fonctionnaires dont les activités politiques passées n’offrent pas la garantie qu’ils agiront toujours et sans réserve dans l’intérêt de l’État national ».

Toutefois, à la demande du Maréchal Hindenburg, il est précisé que les soldats ayant servi au front lors de la Première guerre mondiale sont exemptés des mesures prévues par la loi.
James Franck, ancien combattant, refuse de se soumettre à la loi antisémite nouvellement promulguée et refuse de faire valoir son statut d’ancien soldat, titulaire de la Croix de Fer.

Après un exil au Danemark, il quitte l’Europe pour les Etats-Unis où il s’installe à Baltimore puis à Chicago. Lors de l’invasion du Danemark par l’Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale, le chimiste hongrois George de Hevesy dissout avec de l’eau régale la médaille Nobel en or confiée par James Franck afin d’en éviter le vol par les nazis. Il garde la solution obtenue sur une étagère de son laboratoire à l’Institut Niels Bohr et le récupère après la guerre. Il provoque la précipitation de l’or et la Société du prix Nobel peut refondre la médaille à partir de l’or original.

Ironie de l’histoire, James Franck participa au projet Manhattan qui permit aux Etats-Unis de concevoir la première bombe atomique. Son acte courageux de désobéissance a dépassé de très loin une simple lettre de démission. Il a permis aux Alliés de bénéficier d’un talent précieux dans la bataille contre le nazisme.

Agissons ensemble !

Le DDV, revue universaliste

"Droit d’asile : principes et urgences" - n°687 - Été 2022 – 108 pages

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire apparaîtra après modération. Veillez à respecter la législation française en vigueur.

Please enter your comment!
Please enter your name here

Suivez-nous

118,227AbonnésJ'aime
1,268AbonnésSuivre
41,107AbonnésSuivre

Rejoignez-nous

Newsletter