ActualitésMémoire & Histoire1 jour, 1 combat : 27 mars 1973 : « Au nom...

1 jour, 1 combat : 27 mars 1973 : « Au nom des Amérindiens »

Au milieu de la soirée, le nom du meilleur acteur élu par l’Académie tombe : il s’agit de Marlon Brando pour son interprétation magistrale du Parrain réalisé par Francis Ford Coppola. La musique lancinante de Nino Rota retentit dans la salle pour accompagner l’hommage mais Marlon Brando n’est pas venu, et pour cause. A l’appel de son nom, une jeune fille se lève et monte sur scène. D’un geste poli, elle décline la précieuse statuette que lui tend l’acteur Roger Moore. Le jeune actrice indienne prend alors la parole :

Bonsoir. Mon nom est Sacheen Littlefeather. Je suis apache et je suis la présidente du National Native American Affirmative Image Committee.

Je représente Marlon Brando à cette soirée, et il m’a demandé de vous transmettre un très long discours, que je ne peux pas partager maintenant avec vous à cause du manque de temps, mais que je serai heureuse de lire après devant la presse. C’est à regret qu’il ne peut accepter cette très généreuse récompense, en raison de la manière dont sont traités les Indiens d’Amérique aujourd’hui par l’industrie cinématographique – excusez-moi -, à la télévision et dans les rediffusions de films, et à cause des récents événements de Wounded Knee. J’espère ne pas avoir gâché votre soirée et qu’à l’avenir, nos coeurs et notre vision des choses seront réunis dans l’amour et la générosité.

Merci, au nom de Marlon Brando.

Le soir même, la presse reçoit une longue lettre de Marlon Brando qui dénonce les préjugés et le racisme à l’égard des Amérindiens véhiculés dans le cinéma américain : « Je pense que (…) la communauté du cinéma a été aussi responsable de la dégradation de l’Amérindien et se moque de ses qualités, le décrivant comme sauvage, hostile et diabolique. Il est déjà assez difficile pour des enfants de grandir dans ce monde. Lorsque les enfants des Indiens regardent la télévision, et ils regardent des films, et quand ils voient leur race, comment elle est représentée dans les films, leurs esprits sont blessés, de ces manières que nous ne pourrons jamais connaître. ».

Cette prise de position intervient alors que l’American Indian Movement, mouvement pour les droits civiques des Natifs Américains aux États-Unis, occupe la réserve indienne de Pine Ridge près de Wounded Knee, afin de protester contre la politique du gouvernement fédéral à l’intérieur de la réserve. Le siège durera 71 jours avant que les militants ne se rendent le 8 mai.Victimes de l’expansionnisme des européens justifié au XIXIème siècle par La Destinée Manifeste, réduits en esclavage et affamés durant des décennies, dépossédés de leurs terres, les Amérindiens ont été victimes d’une véritable discrimination d’Etat, déplacés et parqués dans des réserves, n’accédant de plein droit à la nationalité américaine qu’en 1924.

Agissons ensemble !

Le DDV, revue universaliste

"Droit d’asile : principes et urgences" - n°687 - Été 2022 – 108 pages

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire apparaîtra après modération. Veillez à respecter la législation française en vigueur.

Please enter your comment!
Please enter your name here

Suivez-nous

118,227AbonnésJ'aime
1,268AbonnésSuivre
41,117AbonnésSuivre

Rejoignez-nous

Newsletter