Actualités Mémoire & Histoire 1 jour, 1 combat : 25 mars 1965 : la marche de...

1 jour, 1 combat : 25 mars 1965 : la marche de Selma arrive à Montgomery

Le jeudi 25 mars 1965, une foule immense de 25 000 personnes marche sur Montgomery en Alabama et débouche, enfin, au pied du Capitole, devant les immenses colonnes blanches de ce bâtiment qui vit la création, 104 ans plus tôt, de la Confédération sudiste opposée à l’abolition de l’esclavage.

C’est dans les rues de cette ville que, 10 ans plus tôt, Rosa Parks avait refusé de se lever et de céder sa place dans le bus par ce qu’elle était noire.La demande des marcheurs est simple : le droit de vote, conformément aux dispositions du Civil Rights Act du 4 juillet 1964 et qui, en Alabama, est toujours refusé aux afro-américains par le gouverneur Wallace. Le 26 février, à Marion, la police abat même un jeune homme noir qui manifestait contre les obstacles mis à l’inscription sur les listes électorales.

Il aura fallu trois tentatives pour voir cette marche, partie de Selma, à 80 km de la capitale de l’Etat, enfin aboutir à son terme. A deux reprises, le pont Edmund Pettus – du nom de l’ancien grand dragon du Ku Klux Klan – semblait former une frontière infranchissable. Le 7 mars, le shériff Jim Clark y a fait charger ses hommes contre les 600 premiers marcheurs, faisant de ce dimanche un véritable Bloody Sunday qui va renverser l’opinion. Les images d’Amelia Boynton Robinson, militante des droits civiques tombée sous les coups des policiers, et restée inanimée sur le pont, feront le tour du monde.Devant une foule épuisée par ce périple de trois jours, le pasteur King conclut :

« Aussi me voici devant vous, ce soir, avec la conviction que la ségrégation est couchée sur son lit de mort en Alabama; la seule chose qui demeure incertaine est le prix que les ségrégationnistes et le gouverneur Wallace nous feront payer l’enterrement.Toute notre campagne en Alabama a été centrée sur le droit de vote. En attirant l’attention de la nation et du monde entier, aujourd’hui, sur le déni flagrant du droit de vote dont nous sommes victimes, nous exposons au grand jour l’origine même, la racine, la cause première de le ségrégation dans les États du Sud. C’est la menace du libre exercice du droit de vote par les Noirs et les Blancs qui a entraîné dans le Sud l’établissement d’une société soumise à toutes sortes de ségrégations : il est une ségrégation qui écarte les Blancs pauvres des richesses du Sud; il est une ségrégation qui protège les Blancs fortunés contre les moeurs du Sud; il est une ségrégation qui coupe les églises sudistes du reste de chrétienté; il est une ségrégation qui éloigne les esprits sudistes de toute façon honnête de penser; et il est une ségrégation qui prive les Noirs de tout. »

Moins de cinq mois plus tard, le président Lyndon B. Johnson signe le Voting Rights Act de 1965 interdisant les discriminations raciales dans l’exercice du droit de vote.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire apparaîtra après modération. Veillez à respecter la législation française en vigueur.

Please enter your comment!
Please enter your name here

Suivez-nous

117,388AbonnésJ'aime
1,268AbonnésSuivre
26,990AbonnésSuivre

Newsletter