Actualités Mémoire & Histoire Le 6 décembre 1986, mourait Malik Oussekine

Le 6 décembre 1986, mourait Malik Oussekine

Dans la nuit du 5 décembre au 6 décembre 1986, Malik Oussekine, jeune étudiant, mourrait à Paris sous les coups des forces de l'ordre. Dès le lendemain du décès, les étudiants seront reçus au ministère de l'Intérieur et organiseront une marche silencieuse, tandis que le ministre délégué Alain Devaquet, choqué, présentera sa démission.


Les faits 

Le 5 décembre 1986, il est presque minuit lorsque trois voltigeurs prennent en chasse Malik Oussekine, qui sort d’un club de jazz, rue Monsieur-le-Prince. Il croise alors Paul Bayzelon, jeune fonctionnaire au ministère des Finances, qui rentre chez lui, au numéro 20 ; celui-ci lui ouvre la porte du hall. 

Tous deux viennent d’entrer dans le hall quand un des policiers parvient à se glisser à l’intérieur et ouvre à ses deux collègues. Selon Paul Bayzelon, les trois CRS rouent directement de coups de pied et de matraque Malik Oussekine, tombé à terre, qui clame pourtant son innocence. Lorsque Paul Bayzelon tente de venir en aide au jeune homme, il recevra également des coups de matraque. Un autre témoin décrira « des taches de sang sur les murs et des éclats de verre des plaques de boîte à lettres – brisées ». Dix minutes plus tard, le SAMU, arrive pour apporter les premiers soins, puis transporte Malik Oussekine aux urgences de l’hôpital Cochin, où il sera déclaré officiellement décédé à 3 h 20.

En réalité, le rapport du médecin régulateur du SAMU révèle 4 jours plus tard qu’il avait rendu son dernier souffle, dès minuit, dans le hall de l’immeuble. Malik a été transporté à l’hôpital pour tenter d’éviter le scandale. Cette information sulfureuse sera divulguée par l’avocat de la famille de Malik Oussekine, Georges Kiejman, le 9 décembre, à la veille de l’annonce de la deuxième vague de marches silencieuses.

Malik Oussekine est enterré au cimetière du Père-Lachaise à Paris (division 75), depuis le 10 décembre 1986.

Le respect de la mémoire

Marche en mémoire de Malik Oussekine le 4 décembre 1987, un an après qu’il a été tué par la police (Jean-Loup GAUTREAU / AFP)

Plus d’un an plus tard, un bulletin local du Front national aurait écrit le 20 janvier 1988, que : « des Français comme les Oussekine, on peut s’en passer ». Un outrage ignoble qui illustre l’aversion profonde que les officines d’extrême-droite nourrissent à l’égard de nos concitoyens qui ne seront jamais assez français à leur yeux.

« Après la parodie de procès […], je me suis rendu compte que, dans ce pays qui est le mien, où je suis née, je serai toujours une citoyenne de deuxième zone », déclarera bien plus tard la sœur de la victime, Sarah Oussekine.

Nous existons pour défendre un idéal, celui de l’universalisme, par l’action et la pédagogie. Nous luttons contre la discrimination, partout où elle se trouve, pour que jamais plus des Français, quelle que soit leur origine ou leur confession, n’aient à souffrir d’un tel sentiment ; il n’y a pas, et il ne doit pas y avoir, de citoyens de « deuxième zone ».

Nous n’oublions pas. Nous n’oublierons jamais.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire apparaîtra après modération. Veillez à respecter la législation française en vigueur.

Please enter your comment!
Please enter your name here

Suivez-nous

117,161AbonnésJ'aime
1,268AbonnésSuivre
30,470AbonnésSuivre

Newsletter