Actualités International Les carnavals de la haine

Les carnavals de la haine

Au carnaval d'Alost en Belgique, d'Imotski en Croatie, comme à celui de Campo de Criptana en Espagne, la haine se vit. Elle se vit en famille, elle s'affiche, elle défile, grimée des pires et des plus grotesques caricatures.

Belgique : Le carnaval d’Alost

C’est d’abord le carnaval d’Alost qui a ouvert le bal de la haine en banalisant la Shoah et en essentialisant les juifs cette année. Déjà rayé du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO en décembre 2019, le carnaval d’Alost s’est, une fois encore, une fois de trop, vautré dans l’ignominie.

Symboles nazis, juifs comparés à des insectes, grimés de longs nez crochus, et associés à des lingots d’or… c’est toute la panoplie de la caricature antisémite qui a défilé et gesticulé fièrement aux yeux de tous.

La Commission européenne a réagit et condamné le carnaval. Dans le même temps, la première ministre belge Sophie Wilmès a déclaré qu’Alost « porte préjudice à nos valeurs ainsi qu’à la réputation du pays ».

Comme si l’abomination et l’insulte à nos valeurs européennes humanistes ne suffisaient pas, toujours fidèle à elle même, confondant liberté d’expression et expression de la haine, l’extrême droite en charge de la ville, par la voix de son maire, Christoph D’Haese, a répondu « Laissez Alost être Alost », tandis qu’un des participants au défilé, médecin à Alost, a déclaré quant à lui que « Les juifs manquent d’humour ».

Espagne : Le carnaval de Campo de Criptana

Après la Belgique, c’est l’Espagne qui a abrité l’horreur d’un défilé profondément antisémite, empruntant les pires symboles de la Shoah.

Chars évoquant une chambre à gaz sur lequel se trouvait une femme accompagnée de deux dobermans, soldats en uniformes nazis, déportés juifs en tenue rayée dansant sur fond de musique festive.

Organisé par une association culturelle espagnole, l’objectif était selon elle de « rendre hommage » aux millions de victime juives de l’Holocauste quand, dans les faits, cela relève, à tout le moins, de l’affront à la mémoire des survivants, et de l’insulte à celle des victimes de ce crime contre l’humanité.

Croatie : Le carnaval d’Imotski

Enfin, la petite ville d’Imotski a accueilli un carvanal où l’homophobie fut érigée en spectacle convivial, devant de nombreux enfants.

La haine a pris cette fois la forme d’une mise à mort symbolique d’un couple de parents homosexuels, en présence de leur enfant, et symbolisés par des poupées incendiées en place publique.

https://twitter.com/rufusdowling/status/1231896329204510720?s=20

Cet événement ignoble intervient seulement deux semaines après que la Cour consitutionnelle croate a déclaré que les couples de même sexe avaient le droit d’accueillir des enfants.

Partout en Europe, la haine s’est installée, d’abord sournoisement, derrière le masque de l’anonymat, sur internet et par le biais des réseaux sociaux, avec des mots couteaux qui blessent leurs victimes ; derrière le masque de graffitis, de profanations de cimetières ou de lieux de mémoire, d’agressions lâches à caractères racistes, antisémites, ou homophobes.

Aujourd’hui, elle éructe et défile à visage découvert dans nos rues, en toute impunité.

Face à cela, face aux fauteurs de haine et aux extrémistes de tous bords, ne restons pas figés, agissons.

Celui qui se bat peut perdre, celui qui ne se bat pas a déjà perdu.

Bertolt Brecht

11 Commentaires

  1. J’ai réellement mal de voir, non seulement mon pays, mais aussi ce qui semble être le monde entier mêler intolérance et haine. Je croyais qu’internet aurait rapproché les gens en leur permettant de communiquer directement mais là aussi je ne trouve que rejet et invectives. Écoutons nous et ayons honte.

  2. Banalisation de la haine sous toutes ces formes, ça fait peur !!! J’ai 62 ans, des souvenirs de mon grand-père me racontant les SS … Bientôt je ne serais plus là, pas de pleurnicherie, ce n’est pas ça ! Comment peut on oublier l’holocauste ! Lorsque j’étais adolescente, j’ai visité l’Allemagne, à cette époque, les allemands n’étaient pas fiers de ce que leur peuple avait pu accomplir … C’est catastrophique !

  3. La manif contre l' »islamophobie » à Paris, le carnaval antisémite en Belgique flamande, etc…Un peu partout, le fascisme se sent pousser des ailes et se cache de moins en moins.

    • Raison de plus pour voir le magnifique « J’accuse » de Roman Polanski, dont le sujet est toujours d’actualité. Le Polanski-bashing de ces derniers mois a d’ailleurs lui-même des relents fascisants.

  4. Jusqu’où laisserons nous aller ces ignominies ? Il est temps de réagir par des mesures
    punitives si besoin et surtout par encore et toujours de l’éducation

  5. Stupéfiant !
    Grotesque !
    Honte à celles et ceux qui prétendent sous le prétexte de carnaval et de leurs déguisements divertir.
    Scandaleux de nous faire croire à pareil jeu !

  6. Merci pour ces dénonciaitions à LICRA « La lettre de ce jeudi 27.02.2020 ».
    Il y a aussi, à Breendonck entre Anvers et Bruxelles, ce « Camp des Milles » des Belges où – on l’apprend grâce à la presse flamande non-néo nazie- il a été organisé par de jeunes hitlériens de la région des soirées de beuverie en uniforme SS et la Croix Gammée a été, par ces jeunes gens, restaurée, célébrée sur le mur du local qui était la buvette des bourreaux SS de 40-45. Pour ceux-là le « carnaval haineux » c’est toute l’année.

  7. Immonde. Comment cela peut être permis ? La haine de l’autre n’est pas morte et cela me remplit de tristesse de voir qu’on puisse « rire » ainsi d’un genocide.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire apparaîtra après modération. Veillez à respecter la législation française en vigueur.

Please enter your comment!
Please enter your name here

Suivez-nous

117,126AbonnésJ'aime
1,268AbonnésSuivre
29,213AbonnésSuivre

Newsletter