ActualitésMémoire & Histoire1 jour, 1 combat : 11 avril 1961 : Eichmann à Jérusalem

1 jour, 1 combat : 11 avril 1961 : Eichmann à Jérusalem

Le 11 avril 1961, les yeux du monde son tournés vers la Maison du Peuple (Beit Ha’am), de Jérusalem. Le lieu dispose d’une salle de spectacle capable d’accueillir 750 personnes et qui a été transformée pour l’occasion en tribunal. Les caméras de M. Fruchtman, alors producteur exécutif de la compagnie new-yorkaise Capital Cities Broadcasting, sont en place pour filmer un moment historique : le procès d’Adolf Eichmann, haut responsable du IIIème Reich impliqué dans la Solution Finale. Né à Solingen (Allemagne) le 19 mars 1906, ancien obersturmbann – führer (colonel), SS et chef du service des affaires juives de la Gestapo, il avait pris un faux nom avant de passer plusieurs mois dans un camp de prisonniers de guerre nazis sans être reconnu. Après quinze années de clandestinité, il a été enlevé à Buenos Aires, en pleine rue, par un commando du Mossad.

Jean-Marc Théolleyre, envoyé spécial du Monde à Jérusalem, décrit l’ambiance :
« La salle du procès est pareille à une salle de théâtre ou de meeting. Elle a l’architecture claire et froide des bâtiments modernes. Ce qui attire d’abord l’attention – avant le pupitre où prennent place les membres de la Cour du district de Jérusalem, le président Landau et ses deux assesseurs, les juges Benjamin Halévy et Isaac Raveh – c’est, à gauche, la boîte de verre qui est l’habitacle d’Adolf Eichmann.

Derrière ces parois, il y a là sa chaise de bois, sa table et son microphone. S’il regarde devant lui, il voit de l’autre côté du prétoire le pupitre du procureur général Gédéon Hausner, entouré de ses adjoints. Sur sa gauche, il découvre ses juges en robes et cravates noires, et au-dessus d’eux, sur le mur du fond, le chandelier à sept branches doré sur fond noir, armoiries éclatantes de l’Etat d’Israël.

À l’opposé, sur sa droite, la foule des journalistes, qui occupent le plan incliné des vingt rangs de fauteuils, comme le public d’une première à l’orchestre d’un théâtre. Dans d’autres habitacles de verre, toujours à main droite, comme à des balcons, vont officier les interprètes préposés à la traduction simultanée des débats en langue allemande, anglaise et française.

Le voilà donc cet Adolf Eichmann qui a attiré dans cette salle le monde entier. Il est entré presque à la sauvette dans sa cage de verre, comme surgi du mur par une porte dont on devinait à peine le dessin, confondu avec le mur. Il promène sur le prétoire un regard de tranquille curiosité. »

L’acte d’accusation est lourd. Une quinzaine d’incriminations viennent l’étayer :

  • crime contre le peuple juif en causant la mort de millions de juifs par les camps de concentration, l’action des groupes opérationnels, les camps de travail, les déportations massives, dans l’intention de détruire le peuple Juif
  • crime contre le peuple Juif en plaçant des millions de juifs dans des conditions de vie calculées pour amener leur destruction physique
  • un crime contre le peuple juif en infligeant à des millions de juifs des souffrances physiques et mentales par les déportations, les persécutions, la torture
  • un crime contre le peuple Juif en mettant au point, avec d’autres, des mesures de stérilisation des Juifs en Allemagne et dans les pays occupés pour empêcher les naissances et anéantir le peuple juif
  • crime contre l’humanité en provoquant le massacre, l’asservissement et la déportation de la population Juive en Allemagne et dans les pays occupés par les puissances de l’axe
  • un crime contre l’humanité en dépouillant les juifs de leurs biens par le pillage, la contrainte, la terreur et la torture
  • crime de guerre en provoquant la déportation et le meurtre de la population juive des pays occupés
  • crime contre l’humanité en déportant un demi-million de civils polonais dans l’Intention d’installer des familles allemandes à leur place
  • crime contre l’humanité en organisant la déportation de quatorze mille civils Slovènes pour installer des familles allemandes en Yougoslavie
  • crime contre l’humanité en organisant la déportation de plusieurs dizaines de milliers de Tziganes dans le but de les exterminer
  • crime contre l’humanité en déportant une centaine d’enfants et de civils du village de Lidice, en Tchécoslovaquie, et en organisant leur massacre en Pologne
  • membre de l’organisation S.S. avec rang de S.S. Obersturmbannfueher. Cette organisation a été déclarée criminelle le 1er octobre 1946
  • membre du S.B. (Sicherheitsdienst), organisation également déclarée criminelle
  • directeur de la section des affaires Juives à la Gestapo, organisation criminelle

Jusqu’en décembre 1961, les témoins se succèdent à la barre. Eichmann, quant à lui, se défend pied à pied, récuse toute forme de responsabilité en plaidant qu’il n’avait rien fait d’autre que « suivre les ordres » et qu’il était un idéaliste. Condamné à mort par pendaison, le 11 décembre 1961 pour tous les chefs d’accusation, il sera pendu le 31 mai 1962. De ce procès, la philosophe Hannah Arendt a produit un texte publié dans la presse américaine intitulé « Eichmann à Jérusalem : Rapport sur la banalité du mal » : « Sur l’échafaud, sa [Eichmann] mémoire lui joua un dernier tour : “euphorique” il avait oublié qu’il assistait à sa propre mort. Comme si, en ces dernières minutes, il résumait la leçon que nous a apprise cette longue étude sur la méchanceté humaine – la leçon de la terrible, de l’indicible, de l’impensable banalité du mal »

Agissons ensemble !

Le DDV, revue universaliste

"Droit d’asile : principes et urgences" - n°687 - Été 2022 – 108 pages

1 COMMENTAIRE

  1. Excellent article, je devais avoir 11 ans à l époque, les journaux et la radio en parlaient.
    On ne peut qu être à l évidence de la personnification diabolique du mal.. Quel triste pléonasme. Que Dieu bénisse Israël. Shalom

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire apparaîtra après modération. Veillez à respecter la législation française en vigueur.

Please enter your comment!
Please enter your name here

Suivez-nous

118,227AbonnésJ'aime
1,268AbonnésSuivre
41,117AbonnésSuivre

Rejoignez-nous

Newsletter