ActualitésCulture1 jour, 1 texte #36 : Alioune Diop, « L’Europe, province de...

1 jour, 1 texte #36 : Alioune Diop, « L’Europe, province de l’humanité », Le Droit de Vivre, octobre 1953

Alioune Diop (1910-1980) est un intellectuel sénégalais. Tour à tour enseignant et fonctionnaire de l’Afrique occidentale française (AOF), il est sénateur de la IVe République française (1946-1948). Il fonde en 1947 la revue Présence africaine. Accueillant les signatures de nombreux intellectuels, elle œuvre à faire émerger une culture africaine indépendante. Par l’organisation de rencontres, de conférences et publications, Alioune Diop joue un rôle essentiel à cette fin. Le texte qui suit est celui de son intervention au XVIe Congrès national de la LICA des 10 et 11 octobre 1953.

“Il est un aspect du racisme qui ne retient pas toujours notre attention et mériterait cependant un sérieux examen. Il s’agit moins d’une manifestation consciente du racisme que d’une source féconde de passions racistes.

Je m’inspirerai d’un texte que j’ai lu récemment. J’ai eu, en effet, l’autre jour, la chance d’assister à une réunion de savants, d’artistes, de penseurs des plus éminents. Ce sont tous des hommes en qui la rigoureuse probité intellectuelle égale le souci du respect de l’homme.

Quelques-uns d’entre eux, non des moindres, rédigèrent et proposèrent à la discussion de l’assemblée un texte qui avait l’ambition de définir l’Europe en face des autres civilisations. (…) Selon ce texte, la civilisation européenne se confond avec la civilisation de l’universel. 

Seule, la civilisation européenne a eu l’intuition de l’homme, a compris que l’homme est puissance de dépassement. Les autres civilisations (Inde, Chine, Afrique, etc.) enfermant au contraire l’homme dans une définition sommaire et statique, sont des civilisations closes. L’Europe, civilisation ouverte et dynamique, a seule connu le héros et le saint. Les autres se sont arrêtées à la sagesse. Aussi bien le sens de l’aventure, l’inquiétude, l’autonomie morale sont-elles spécifiques à l’Europe. Ces dispositions (inquiétude, autonomie morale ou individualisme) ont amené l’Europe à créer la science, la philosophie, l’histoire.

La conclusion se dégage d’elle-même. Si donc, l’Europe a seule su découvrir le sens de l’histoire, a eu l’intuition de l’homme, il faut admettre qu’une mission sacrée lui a été réservée, celle de l’homme blanc, chargé du fardeau du monde. Elle a mission de révéler et d’enseigner à tous cette intuition de l’homme.

Il ne faudrait pas beaucoup solliciter le texte ou d’autres de même disposition que j’analyse pour lui faire dire que l’Europe, convaincue d’avoir découvert la vérité, a mission de l’imposer pour le bien de tous.

Telle est, en gros, la définition que des hommes de culture ont donnée de l’Europe. Cette définition est belle. Certains diront que l’Europe y est quelque peu idéalisée. Peu importe. Telle quelle, elle excuse toutes les erreurs de la colonisation. A moins qu’on admette qu’elle ne puisse pas excuser les camps de concentration, Buchenwald et Dachau…

Car enfin, si l’Europe a pu atteindre la plus haute humanité par ses génies et ses saints, elle a pu descendre jusque vers les bas-fonds de l’humanité. Si elle dépasse les autres humanités par le sommet, elle les dépasse aussi par les affaissements.

Ce qui m’inquiète dans cette définition de l’homme blanc porteur du fardeau du monde, c’est qu’on lui reconnait des vertus, des privilèges si permanents, si singuliers qu’il faut les rattacher à la notion de race. À partir de là, se dégage aisément la pente dangereuse et facile qui mène au fascisme ; et l’on sait que le fascisme n’est pas concevable sans le racisme.

En vérité, tous les hommes se valent. Également susceptibles de monter vers les sommets de la grandeur ou de s’affaisser vers les ténébreux et bourbeux bas-fonds du crime. La même raison explique que l’Europe ait pu favoriser l’éclosion de tant de génies et de tant de crimes monumentaux à la fois.

(…) la création de l’universel, elle est le fait, non de l’individu abstrait, mais de toute société, de toute civilisation. Tous les peuples ont d’égales dispositions à être géniaux ou criminels, saints ou crapuleux. Il suffirait qu’ils soient équipés des mêmes moyens d’exprimer et faire respecter leur personnalité. De nos jours, cette vérité est plus évidente que jamais. Il est manifeste que la liberté des peuples (comme des individus) et le rayonnement de leur présence au monde sont garantis par l’équipement qui les définit. L’homme moderne a tellement amplifié sa personnalité que l’écho de sa plainte ou de sa joie, de ses décisions ou de ses convictions confessionnelles ou politiques jouissent d’une vertu de résonance considérable dans le monde. L’homme moderne a vaincu la nature et l’asservit à son humanité. La nature vaincue, l’homme ne rencontre plus sur son chemin que l’Autre. La liberté de l’autre, il peut l’asservir ou en être asservi ; il peut aussi choisir de l’aimer et d’engager avec elle un dialogue fondé sur la recherche de la justice, de la solidarité, et de la grandeur humaines.

C’est pourquoi, au regard de l’unité de l’humanité vers laquelle nous aspirons tous du fond du cœur, la colonisation, si elle est un mal dont on n’a pas encore trouvé et appliqué le remède, demeure inéluctablement un mal, une plaie vivace, au flanc de la conscience de l’homme.

La première étape à franchir ne serait-elle pas que l’Europe se résigne à devenir ce qu’elle est en fait, une simple province de l’humanité ?”

Agissons ensemble !

Le DDV, revue universaliste

"Droit d’asile : principes et urgences" - n°687 - Été 2022 – 108 pages

1 COMMENTAIRE

  1. Sauf que les plus grands esclavagistes et colonialistes que le monde ait connus ne sont pas les Européens mais les Arabo-musulmans. Ce que Alioune Diop semble ignorer lorsqu’il écrit “elle les dépasse aussi par les affaissements”.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire apparaîtra après modération. Veillez à respecter la législation française en vigueur.

Please enter your comment!
Please enter your name here

Suivez-nous

118,227AbonnésJ'aime
1,268AbonnésSuivre
41,116AbonnésSuivre

Rejoignez-nous

Newsletter