ActualitésCulture1 jour, 1 texte #40 : Pierre Guetta, « Sur tous les...

1 jour, 1 texte #40 : Pierre Guetta, « Sur tous les fronts, lutte contre le racisme », Le Droit de Vivre, avril 1951

Pierre Guetta est né et a grandi au Maroc. Après la Seconde Guerre mondiale, il fréquente les milieux trotskistes à Paris. Il rejoint le Parti communiste internationaliste (PCI), antistalinien, et intègre la brigade Jean-Jaurès. Celle-ci est envoyée en Yougoslavie, en 1950, aux fins d’enquêter sur la situation de ce pays, alors en rupture avec l’URSS. Dans un article publié dans Le Droit de Vivre en janvier 1951, Pierre Guetta estime que l’exemple yougoslave, concernant les minorités, « peut intéresser tous ceux qui veulent lutter contre le chauvinisme et le racisme ». Membre des Jeunes de la Ligue internationale contre l’antisémitisme, il publie en avril suivant, dans le même organe, le texte que nous reproduisons ci-dessous : il y appelle à considérer la dimension politique du racisme et son impact pour l’ensemble des citoyens, et non pour ses seules victimes directes.

« Il fut un temps où l’on pouvait croire, et beaucoup le croient encore, que le problème du racisme était un problème particulier de pathologie du raciste, de « psychologie des foules » comme on disait il y a cinquante ans. Dans l’esprit des gens, l’antisémitisme ne concernait que les seuls Juifs, et ne posait pas de questions plus générales. On pouvait être antiraciste par générosité, amour de la justice ou altruisme. Le racisme était une erreur qu’il s’agissait de réfuter. On prouvait qu’il était faux que les Noirs ne songeassent qu’à violer les blanches, que les Juifs fussent des parasites avaricieux. On prouvait donc, avec faits et raisons à l’appui, on expliquait la fausseté de ces erreurs, mais voici ce que l’on n’expliquait pas :Est-ce par pur attachement pour des idées fausses que le gouvernement nazi dépensa des milliards pour inculquer ces idées au peuple allemand ? Est-ce par hasard que le racisme que le racisme se trouva au centre de l’idéologie fasciste, aussi bien en Allemagne qu’en Italie, en France ou aux USA ?

Est-ce par hasard que les hommes de Rivarol et Contre-Révolution, qui criaient à la porte de la Sorbonne : « Les Juifs en Palestine ! Les nègres au Sahara !  » sont aussi ceux qui veulent la libération de Pétain, font l’apologie de Mussolini, et réclament un État fort, « national », « au-dessus des partis » ? Certainement non !C’est pourquoi il est de plus en plus clair, aujourd’hui, que le racisme n’est qu’un des aspects d’une mise en scène plus vaste, un des moyens, le plus puissant peut-être, d’un truquage, d’une mystification générale à des fins trop évidentes. Et il n’est pas si paradoxal d’écrire que les Juifs ou les Noirs ne sont pas les premières, ni les seules victimes, de cette énorme machine d’avilissement et de confusion. Nous en sommes tous les victimes, et la lutte antiraciste ne peut ni ne doit être le seul fait de groupements spécialisés, mais de l’ensemble de ceux qu’on tente de mystifier ainsi.(…) Le « Front étudiant », qui a regroupé sur un programme d’action syndicale et antifasciste des éléments chrétiens et antifascistes, des éléments chrétiens, anarchistes, MRP, socialistes, trotskistes, et nos étudiants de la LICA s’est donné la lutte antiraciste comme première tâche à remplir. Des listes de pétitions doivent circuler, demandant l’interdiction des journaux racistes, l’UNEF doit prendre une position énergique sur cette question ; des groupes d’action doivent se constituer sur le vieux mot d’ordre : « Pour un œil, les deux yeux, et pour une dent, toute la gueule. »

Agissons ensemble !

Le DDV, revue universaliste

"Droit d’asile : principes et urgences" - n°687 - Été 2022 – 108 pages

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire apparaîtra après modération. Veillez à respecter la législation française en vigueur.

Please enter your comment!
Please enter your name here

Suivez-nous

118,227AbonnésJ'aime
1,268AbonnésSuivre
40,688AbonnésSuivre

Rejoignez-nous

Newsletter