Actualités Culture Un jour, un texte #3 : Jean Jaurès, « Il faut sauver...

Un jour, un texte #3 : Jean Jaurès, « Il faut sauver les Arméniens », Discours à la Chambre des députés, séance du 3 novembre 1896

« Je ne veux prononcer ici aucune parole chauvine ; depuis un siècle, depuis que la Révolution française a contribué précisément à émanciper d’autres peuples, la France ne peut plus — et c’est son honneur, parce que c’est son œuvre — prendre seule l’initiative des grands progrès et de l’idée de justice ; mais ce qu’elle avait le droit de réclamer de ses gouvernants, c’est qu’il fût impossible, dans un pays [L’Empire ottoman] envers lequel elle était engagée, d’accumuler pendant deux ans, pendant trois ans, d’abominables massacres que les documents officiels chiffrent à 30 000 [Arméniens massacrés] , en avertissant qu’ils ne sont que le tiers de la vérité ; c’est qu’il fût impossible que ces massacres fussent consommés et continués, et que partout dans le monde on puisse, par des documents certains, savoir quelle a été la politique de l’Angleterre, quelle a été la politique de la Russie, mais que personne ne puisse savoir quelle a été la politique de la France.

Quoi ! Le silence complet, silence dans la presse, dont une partie, je le sais, directement ou indirectement, a été payée pour se taire, silence dans nos grands journaux, dont les principaux commanditaires sont les bénéficiaires de larges entreprises ottomanes, mais surtout silence du gouvernement de la France ! Quoi, devant tout ce sang versé, devant ces abominations et ces sauvageries, devant cette violation de la parole de la France et du droit humain, pas un cri n’est sorti de vos bouches, pas une parole n’est sortie de vos consciences, et vous avez assisté, muets et, par conséquent, complices, à l’extermination complète… »

1 COMMENTAIRE

  1. Ces paroles admirables de Jean Jaurès sont encore d’actualité. L’Europe a perdu toute crédibilité morale en pactisant avec la Turquie, régime qui a toujours pratiqué un négationnisme d’Etat (vis-à-vis du génocide arménien de 1915) et dirigé aujourd’hui par un dictateur fou et sanguinaire. L’UE protégeant les droits de l’Homme et la démocratie est un mythe. La façon dont les gouvernements européens ont lâchement abandonné le peuple kurde nous rappelle en outre que l’Histoire a tendance à se répéter sous d’autres formes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire apparaîtra après modération. Veillez à respecter la législation française en vigueur.

Please enter your comment!
Please enter your name here

Suivez-nous

117,388AbonnésJ'aime
1,268AbonnésSuivre
26,990AbonnésSuivre

Newsletter