ActualitésCommuniquésUn modèle de construction de la mémoire honoré à Munich comme repère...

Un modèle de construction de la mémoire honoré à Munich comme repère pour aujourd’hui

Communiqué Fondation du camp des milles – mémoire et éducation. « Vous gagnez ou regagnez du terrain, justement là où les repères démocratiques s’effritent, où le rejet de l’autre s’amplifie et où la falsification de l’histoire devient une justification de la violence »

Le 17 mai, le grand prix du Centre de documentation sur l’histoire du national-socialisme a été remis à Munich à la Fondation du Camp des Milles-Mémoire et Education en présence de Mme l’Ambassadrice de France à Berlin, Anne-Marie Descôtes, de M. Florian Roth pour la Ville de Munich, de Mme l’Ambassadrice Michaela Küchler, Ambassadrice allemande pour la Mémoire de la déportation, de Mme Myrjam Zadoff, directrice du Centre et de Mme Géraldine Schwarz, auteure s’exprimant au nom du jury.

S.E. Anne-Marie Descotes a souligné « le travail remarquable et précurseur d’Alain Chouraqui…l’engagement constant de la Fondation du Camp des Milles en faveur de la transmission du savoir, de l’échange international et de la consolidation de nos démocraties (…) Nous reconnaissons ce soir l’extraordinaire fertilité de votre idée devenue ambition, celle d’élaborer les bases d’une nouvelle approche des lieux de mémoire. Le site-mémorial du Camp des Milles constitue en effet le point de départ d’une démarche inédite. Il vous a fallu convaincre, il vous a fallu faire preuve de courage et de constance pour développer, avec votre équipe, une approche méthodologique exigeante et originale de « convergence des mémoires » (…) Vous gagnez ou regagnez du terrain, justement là où les repères démocratiques s’effritent, où le rejet de l’autre s’amplifie et où la falsification de l’histoire devient une justification de la violence (…) Dès 2012, le Mémorial du Camp des Milles a inventé et introduit dans ses programmes de nouvelles pédagogies mémorielles, qui constituent, je le crois, de fructueuses sources d’inspiration capables de s’exporter et d’être adaptées à d’autres contextes.»

Dans sa décision, le jury a mis particulièrement l’accent sur le travail éducatif de la Fondation avec les jeunes de tous horizons, ainsi que sur sa construction pluridisciplinaire du lien entre l’histoire et le présent. A été soulignée la dimension particulièrement innovante et originale du Volet réflexif pluridisciplinaire conçu par Alain Chouraqui, Président de la Fondation, et servant de modèle pour la mise en place de nouvelles politiques et actions mémorielles et éducatives afin de répondre aux défis posés par les sociétés actuelles. Car selon Géraldine Schwarz, au nom du jury du prix, « Cette arme pédagogique ne prépare pas à un avenir lointain. Elle est utile dès à présent. (…) L’objectif est de donner à chacun la chance d’apprendre des erreurs du passé et de s’armer de vigilance pour mieux façonner le présent et l’avenir (…) Et ce soir, en remettant le prix au Site-Mémorial du Camp de Milles, nous apportons une contribution importante à la construction de cette nouvelle mémoire, une mémoire européenne ».

Alain Chouraqui, après avoir reçu le prix au cours d’une cérémonie émouvante, a rappelé que « dans l’ADN du projet de Site-mémorial du Camp des Milles, il y a une volonté déterminée de compléter la traditionnelle « mémoire révérence » aux souffrances du passé en construisant scientifiquement une véritable « mémoire référence » pour éclairer le présent sur les fonctionnements humains communs aux grandes tragédies et qui peuvent encore mener au pire, mais aussi sur les résistances toujours possibles ». Il conclut ainsi, avec émotion : « Nous, porteurs de la mémoire, éclairés par le passé, nous avons une responsabilité particulière pour combattre le retour des extrémismes identitaires, nationalistes, ethniques ou religieux, qui ont toujours été le moteur des engrenages mortifères, et qui envahissent aujourd’hui le débat public, avec leur méchanceté raciste, antisémite, xénophobe, homophobe, sexiste, avec leurs haines et leurs violences ».

Alain Chouraqui était accompagné de Nicolas Sadoul, Directeur de la Fondation, Odile Boyer, Directrice Adjointe, et de Magdalena Schrader, médiatrice franco-allemande, ainsi que de Jean Paul de Gaudemar et Max Polonovski, président et vice président du Conseil Scientifique de la Fondation dont étaient aussi présents les membres allemands,  

Le lendemain, à l’invitation de S.E. Anne-Marie Descôtes, Alain Chouraqui a donné une conférence à l’institut Français de Munich. Aux côtés de Mme Charlotte Knobloch, enfant cachée durant la guerre et aujourd’hui présidente de la communauté israélite de Bavière et vice présidente du Congrès juif mondial, il a présenté l’expérience du Site-mémorial du camp des Milles et l’évolution nécessaire des politiques mémorielles ainsi que les actions novatrices nécessaires pour lutter contre le racisme et l’antisémitisme et pour œuvrer activement pour la fraternité et la paix civile en Europe. Mme Charlotte Knobloch a souligné « l’engagement extraordinaire, unique à (ses) yeux, même en Allemagne », qu’elle a constaté au camp des Milles ; et elle ajouta : « Nous devons protéger la démocratie. Les jeunes doivent être associés à ce combat, car ce sont eux qui préparent l’avenir et il est important de leur montrer les dangers des extrémismes », tout en affirmant, comme Alain Chouraqui, sa « confiance en la jeunesse ».

Agissons ensemble !

Le DDV, revue universaliste

"Droit d’asile : principes et urgences" - n°687 - Été 2022 – 108 pages

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire apparaîtra après modération. Veillez à respecter la législation française en vigueur.

Please enter your comment!
Please enter your name here

Suivez-nous

118,227AbonnésJ'aime
1,268AbonnésSuivre
41,115AbonnésSuivre

Rejoignez-nous

Newsletter