Être juif en Algérie, la quadrature du cercle

Ils étaient 130 000 en 1940, devenus Français grâce au décret Crémieux de 1870. Maîtrisant parfaitement l’arabe et entretenant des liens privilégiés avec les musulmans, ils étaient le lien que les colons n’ont jamais su tisser avec la population arabo-berbère. Aujourd’hui, ils ne seraient qu’une poignée vivant cachés au milieu d’une population qui confond antisémitisme et haine d’Israël.

1
La grande synagogue d’Alger, fermée aujourd’hui. Carte postale de 1902.

Par Alain Lewkowicz

Alger, juin 2016. Pour la première fois je parcours les rues et les ruelles d’Alger la blanche avec Nadir alias Papouf le « parkingueur » de Meissonier. Mais lui, il m’appelle Kérim et pas Alain et encore moins Alain Lewkowicz. « Ici, tu dis pas que t’es juif », me conseille ce SDF de 50 ans avec qui, pendant 10 jours, je vais découvrir cette ville de légende. De Bab El Oued au Club des Pins de Zéralda en passant par la Casbah, El Biar, ou Bouzareah, l’infatigable Papouf connaît tout le monde.

Et toujours les mêmes discussions politiques sur l’état déliquescent d’un pays où il aurait pourtant pu faire bon vivre « si les militaires et Bouteflika n’avaient pas volé l’Algérie aux Algériens ». Et à chaque fois, au final, c’est la faute des juifs et d’Israël qui font que le monde va mal. Je m’étonne et demande : « Ah ? Il reste des juifs en Algérie ? » Évidemment, disent-ils à l’unisson. Mais personne n’est en mesure de dire combien ils sont.

Et les fantasmes vont bon train. Ils vivraient cachés, en clandestinité. Et malgré les déclarations du ministre des Affaires religieuses qui souhaitait faciliter la réouverture des synagogues, celle d’Alger, la Djamâa Li Houd, « la mosquée des juifs » reste encore et toujours murée. En 2017, un rapport du département américain parlait de 200 juifs vivant encore en Algérie.

1 COMMENTAIRE

  1. Non ! Les Algériens ne sont pas anti-juif (je dis anti-juif car nombre d’entre sont EUX AUSSI sémites). En revanche, tous (sinon l’immense majorité) sont contre la doctrine politique du sionisme, et se retrouvent à réprouver les tenants de ce dogme fasciste et nihiliste. Depuis notre prime enfance à aujourd’hui, il n’est d’Algériens qui ne comptent pas d’amis juifs.
    Juste une précision sur l’expression « arabo-berbère » employé ici dans l’article, si cette dénomination a déjà bien été et maintes employées pour qualifier les Algériens il reste qu’elle est aussi fausse que de nous dire martiens. La plus grande majorité des Algériens, bien que nombre furent « arabisés » et sont devenus arabophones, restent des…BERBÈRES. Les études génétiques menées ces dernières années sont là pour aussi bien en témoigner que nous le rappeler. Ceci juste pour dire que les Algériens ont plus en commun avec les Africains qu’avec ces perfides bédouins du Golfe et autres arabies.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire apparaîtra après modération. Veillez à respecter la législation française en vigueur.

Please enter your comment!
Please enter your name here