Actualités Analyse La tentation de l’effondrement

La tentation de l’effondrement

Par Mario Stasi, Président de la Licra.

La crise du coronavirus, comme toutes les crises, met à mal la cohésion sociale et résonne bien au-delà d’une seule crise sanitaire. Des pans entiers de l’Humanité ont été mis sous cloche et réduit à un indispensable huis clos, au face à face feutré avec un nombre limité de personnes, et parfois, uniquement avec soi-même. Tandis que d’autres sont au front de l’épidémie, dans les hôpitaux et dans tous les domaines qui assurent des lignes de vie pour permettre à chacun de se nourrir, d’être en sécurité, de se soigner. C’est une situation singulière, inédite et à l’issue encore inconnue et angoissante.

Dans ce contexte, la tentation de l’effondrement peut surgir, et pas forcément là où on l’attend. Évidemment, depuis le début de cette épidémie, on a vu l’Etat, le gouvernement et les décideurs publics être placés sous le feu de la critique, de la colère et de la suspicion en raison des lois d’exception qui ont été prises pour la durée de cette parenthèse. Les circonstances exceptionnelles autorisent le gouvernement, sous le contrôle du Parlement, à prendre des dispositions d’exception et s’il ne le faisait pas, on le lui reprocherait, à raison. D’aucuns craignent, de bonne foi, et c’est leur droit le plus strict, que nos libertés en prennent un coup, que notre socle de valeurs se fissure sous les assauts de dispositifs législatifs pris pour la circonstance. C’est aussi la crainte que nos données personnelles soient menacées par de nouvelles pratiques sanitaires intrusives, en oubliant parfois que depuis des années nous n’avons eu aucune pudeur à donner tous les détails de nos déplacements et de nos vies, en temps réel, à des géants privés de l’industrie numérique. D’autres encore, de mauvaise foi, échafaudent les théories les plus folles pour faire accroire l’idée qu’un immense complot antirépublicain, sous-tendu par une idéologie néo-libérale, va s’abattre sur nos acquis et notre régime de liberté. Mais à tous, de bonne comme de mauvaise foi, il n’existe qu’une seule réponse, celle de l’état de droit dans lequel nous vivons. C’est aujourd’hui la seule réalité qui compte et si la LICRA constate que des dispositions prises en ce moment par la puissance publique sont, sous couvert de l’urgence de la crise, contraires à notre droit, nous les attaquerons et la justice dira le droit, en toute indépendance.

En réalité, le risque de l’effondrement est sans doute ailleurs. Il est en chacun de nous-mêmes. Il pèse sur nos comportements et sur le sens que nous avons de notre responsabilité individuelle. L’effondrement des valeurs, c’est la lettre anonyme déposée sur le pare-brise d’une voisine infirmière pour la sommer de quitter l’immeuble. C’est le tag homophobe accusant les homosexuels d’être des réservoirs à virus. C’est cet avocat indigne qui, sous les applaudissements de son bâtonnier, refuse à un homme, fût-il accusé d’un crime terroriste, le droit d’être défendu contradictoirement devant un tribunal. C’est la liste de juifs publiés par des antisémites viscéraux sur les réseaux sociaux. Ce sont les 50 000 tweets la plupart anonymes postés lundi soir à l’issue du discours du Président de la République pour vomir sur les Noirs et les Arabes après l’annonce de l’annulation de la dette de l’Afrique. Ce sont encore ces fausses nouvelles, ces théories du complot et cette cohorte de poujadistes numériques qui engluent internet dans la boue du mensonge et de la tromperie. Ce sont enfin ces fondamentalistes religieux qui s’engouffrent dans la désespérance créée par la crise pour recruter et embrigader de nouvelles recrues contre la République.

Alors devant la délation de voisinage, devant l’avocat parjure, devant le taggueur homophobe, devant le facho frénétique, devant le complotiste avide, devant le raciste décomplexé, devant l’antisémite exultant, devant l’intégriste prosélyte, nous ne devons pas rester abattus dans le silence et agir, au quotidien, pour que ces gens-là ne rendent pas nos vies invivables, pour qu’ils soient sanctionnés, pour qu’ils soient démentis, pour qu’ils soient relégués à leur insignifiance. Nos valeurs, si chèrement acquises, sont nos armes politiques, intellectuelles, culturelles et morales pour naviguer par gros temps bien plus que lorsque la mer est calme.

Mario Stasi,
Président de la Licra

7 Commentaires

  1. La cohésion sociale a été grandement mise à mal par la politique de destruction des services publics, y compris dans le domaine hospitalier, politique de droite irresponsable et même criminelle (car jouant avec la vie des citoyens) menée depuis au moins 15 ans, voire davantage. Il faudrait également rappeler le rôle joué par les médias de désinformation (C dans l’air, BFMTV, France Télévision, TF1 etc… ) qui depuis toutes ces années pratiquent un bourrage de crânes destiné notamment à faire croire aux Français que l’austérité est la seule politique possible. En réalité c’est la pire politique possible et cette crise sanitaire nous le rappelle une fois de plus. L’effondrement des services publics (santé, éducation, justice etc), l’effondrement de l’industrie, l’effondrement de la laïcité et l’effondrement de l’Etat de droit sont aujourd’hui des réalités faisant de la France contemporaine un pays sous-developpé où il ne fait absolument pas bon vivre. Il serait certes injuste de tout coller sur le dos de l’actuelle majorité , mais celle-ci se situe bien dans le prolongement des anciens gouvernements, dont elle possède la totalité des défauts_ auxquels s’ajoutent une arrogance et un mépris de caste décomplexé qui sont sa spécificité.

  2. Vos mots me touchent particulièrement dans cette période délicate.
    Je me nomme Mathieu Velasquez citoyen de la République française et suis moitié Algérien et moitié franco espagnol.
    Si j’ai cette chance c’est grâce à l’état de droit que vous avez habillement mit en lumière et qui, malheureusement, peine à endiguer la souffrance malgré la loi.
    Comment stopper les racistes décomplexés des réseaux ?
    Pourquoi personne n’aborde le sujet, si vous me permettez l’expression, du « terrorisme anti-femme ».
    Michaël Philetas à tué son ex-conjointe le 29/01/2020 de mémoire au nom du droit des hommes !? C’est un masculiniste qui à toujours sa chaine youtube en ligne au moment où je vous écris.
    Je n’ose imaginer la douleur pour la famille.

    Les youtubeurs « Ralf » ou « Teddyboy RSA » tienne une émission hebdomadaire ouvertement antisémite et raciste en direct sur leurs chaînes.
    Le vendredi pour Teddy.

    Si vous avez des clés de compréhensions voir des solutions efficaces pour stopper ces comportements néfastes à le suggérer, je vous en serez reconnaissant.

    Sincères salutations

    MV

  3. Ce texte de Mario STASI est d’une extraordinaire clairvoyance. En effet, il faut être juste, c’est la marque d’une conscience républicaine. il est certain que Mr MACRON et son gouvernement à une part de responsabilité sur la gestion de cette crise sanitaire. Toutefois, il est aisé de le prendre comme un bouc émissaire cela masque ainsi notre propre irresponsabilité.
    J’espère qu’il sera jugé pour son incompétence mais qui jugera la notre ?

  4. C’est plutot de l’effondrement de notre société dont il s’agit: du productivisme,de l’individualisme, de la destruction de la vie flore et faune dont nous faisons partie)sur notre planète…. et le moment où jamais pour rebondir et avancer vers une autre société.

  5. Beau texte de Mario.
    Mais s il fallait y ajouter , il conviendrait sans doute de souligner que c est bien le modele economique dominant fait d echanges commerciaux frenetiques , de desindustrialisation y compris sanitaire, de financiarisation de l economie qui constitue la toile de fond de la survenance de cette crise sanitaire.
    L imprevoyance des pouvoirs publics , la degradation constante de la situation de nos hopitaux et de notre systeme de soins au fil du temps » pour faire des economies »…a fait le reste.
    Comment ne pas eprouver cette » raison lucide qui connait ses limites » , ce sentiment de l absurde qu evoquait si bien Camus , face a pareille situation .
    Une seule question demeure , me semble t il , sommes nous condamnes a subir toujours plus cette contingence de notre condition humaine ou reagir …j ai  » quelques doutes…. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire apparaîtra après modération. Veillez à respecter la législation française en vigueur.

Please enter your comment!
Please enter your name here

Suivez-nous

117,106AbonnésJ'aime
1,268AbonnésSuivre
29,428AbonnésSuivre

Newsletter